Un dialogue Rudy Ricciotti-François Fontès au programme du MAO 2018

 |   |  638  mots
Les architectes Rudy Ricciotti et François Fontès participeront, avec Alain Derey (ENSAM) à l'une des tables-rondes du MAO 2018
Les architectes Rudy Ricciotti et François Fontès participeront, avec Alain Derey (ENSAM) à l'une des tables-rondes du MAO 2018 (Crédits : Rene Habermacher / Sophie Belloni Vitou)
Alors que les collaborations entre artistes, architectes et promoteurs sont de plus en plus nombreuses, le Meeting Art Objectif (MAO), organisé le 26 septembre par La Tribune-Objectif à La Panacée de Montpellier, se propose d’analyser et présenter les formes qu’elles prennent. L’un des temps forts de cette 4e édition verra s’instaurer un dialogue entre deux des plus grandes signatures françaises, Rudy Ricciotti et François Fontès.

Encouragés par un contexte tant économique que politique ou réglementaire très favorable, les architectes sont de plus en plus nombreux à se passionner pour l'art contemporain. Dans le cadre d'un débat sur le thème "Artiste, architecte, promoteur : un triangle vertueux ?", l'une des tables-rondes du 4e Meeting Art Objectif, intitulée "De la culture à l'architecture", verra dialoguer deux des plus grandes signatures françaises, Rudy Ricciotti et François Fontès.

Architectes d'aujourd'hui et demain

Rudy Ricciotti, qui dirige l'agence éponyme à Bandol (83), compte plusieurs réalisations emblématiques à son actif, telles que le Mucem à Marseille (13), le département des Arts de l'Islam du Musée du Louvre à Paris, le stade Jean-Bouin à Paris, le Centre chorégraphique national d'Aix-en-Provence (13), le Musée Mémorial du camp de Rivesaltes (66) ou encore le pont de la République à Montpellier (34). Dernièrement, il a signé le projet de la réhabilitation des chais des Moulins, à Sète (34), qui accueillera un pôle culturel : "La culture n'a pas que des droits, la culture a aussi des obligations, celle de s'intégrer dans ce lieu".

Le Montpelliérain François Fontès a, pour sa part, conçu des projets majeurs tels que la nouvelle Faculté de médecine de Montpellier, l'Hôtel de Ville de Montpellier (avec Jean Nouvel), la réhabilitation des Halles de Sète, le Triangle de la Folie à la Défense à Paris, la bibliothèque d'Alexandrie (Égypte). Devenu directeur de la publication de la revue internationale L'Architecture d'Aujourd'hui en 2009, président des Ateliers Jean Nouvel (en association avec ce dernier) depuis 2014, il dit se garder des "affres du consumérisme", avec ce mot d'ordre : "La geste architecturale peut permettre de donner des ambitions, de révéler des talents nouveaux, de faire croire à nouveau qu'il y a des possibles dans l'architecture à venir".

Mais si cette tendance à la pollinisation croisée entre artistes, architectes et promoteurs est forte, sera-t-elle, pour autant, durable dans le temps ? L'un des facteurs conditionnant la réponse réside dans la formation des architectes de demain. Aussi cette table-ronde accueillera-t-elle également Alain Derey, directeur de l'École nationale supérieure d'architecture de Montpellier (ENSAM).

Un dialogue efficient ?

Une deuxième temps fort du MAO 2018 s'interrogera sur "Les conditions de la réussite" de ce partenariat tripartite. Du côté des architectes, l'étoile montante Nicolas Laisné, concepteur avec le Japonais Sou Fujimoto et Manal Rachdi de l'Arbre Blanc, en cours de construction à Montpellier, viendra en témoigner. Installé à Paris, il travaille aussi en région, comme l'illustre un autre projet en préparation avec la société de promotion immobilière Hélénis.

De même, le promoteur montpelliérain Hélénis, pour sa part, est lui aussi emblématique de cette tendance majeure où l'art se mêle à l'acte de construire et aux lieux d'habitation eux-mêmes. En 2017, Hélénis a lancé Egeria, une nouvelle filiale dédiée à l'art contemporain et faisant intervenir des artistes en amont de ses programmes immobiliers : elle évoluera prochainement en fondation d'art contemporain, en s'implantant dans l'hôtel Richer-de-Belleval, situé place de la Canourgue à Montpellier et en cours de réhabilitation.

Enfin, présente elle aussi sur cette table-ronde, l'artiste plasticienne Eva Jospin s'est fait connaître en sculptant le carton sur de grands panneaux, à la façon de hauts reliefs, autour du thème de la forêt. Conçues comme une "architecture artistique", ces œuvres, en plus des expositions personnelles ou collectives, s'insèrent parfois dans de grands projets urbains, comme récemment dans le Beaupassage, situé rue de Grenelle à Paris et imaginé par le groupe immobilier Emerige.

Le MAO 2018, conçu et modéré par Pascale Cayla, directrice de l'agence parisienne L'Art en Direct, se déroulera à La Panacée de Montpellier. Inscriptions sur https://www.weezevent.com/meeting-art-objectif-2018

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :