Forum Smart City 2016 : les visages de la Smart City en Méditerranée

 |   |  928  mots
Parmi les participants au Forum : Nicolas Curien, professeur émérite au CNAM et membre de l’Académie des Technologies ; Yaël Weinstein, directrice du développement économique à Tel-Aviv Global ; Nikos Fotinakis, directeur de l’Union internationale des architectes.
Parmi les participants au Forum : Nicolas Curien, professeur émérite au CNAM et membre de l’Académie des Technologies ; Yaël Weinstein, directrice du développement économique à Tel-Aviv Global ; Nikos Fotinakis, directeur de l’Union internationale des architectes. (Crédits : DR)
Des experts et techniciens français de haut niveau, des grands témoins venus de Barcelone, de Tel Aviv et de tous les continents se retrouveront à Montpellier, le 11 octobre, pour le nouveau Forum Smart City, organisé par Objectif Languedoc-Roussillon et La Tribune. Ils débattront de la façon dont la ville connectée se construit en Méditerranée, et des enjeux technologiques et humains qui sous-tendent cette révolution.

La Smart City, démarche tournée vers l'avenir en imaginant les métropoles intelligentes de demain, ne peut pas se désintéresser du présent. Loin d'être un phénomène technologique unidimensionnel, même en agrégeant les innovations les plus disruptives de groupes tels que IBM, Cisco ou Orange, et des start-ups de la French Tech Montpellier, elle doit rester reliée au contexte social, politique, environnemental et international.

Le monde de 2016 est celui où le boom des pratiques collaboratives libère les aspirations à une nouvelle citoyenneté, où la signature de la COP21, en décembre dernier à Paris, a cristallisé une prise de conscience globale, où les équilibres géopolitiques vacillent sous l'impact de la crise des migrants, où les géants de demain s'éveillent au Brésil, en Inde ou, juste sous nos yeux d'Occitans, en Afrique...

La 2e édition du forum Smart City, organisée le 11 octobre par Objectif Languedoc-Roussillon en partenariat avec La Tribune, positionnera Montpellier comme Smart City méditerranéenne, et offrira un regard transversal sur les bouleversements qui traversent ce grand ensemble, quelle que soit la rive où l'on se trouve. Il posera la question des moyens et des acteurs susceptibles de faire émerger une cité plus connectée, plus humaine, plus solidaire tout à la fois, à l'aune des changements déjà perceptibles en Méditerranée, comme le souligne le Pr Carlos Moreno.

Un phénomène méditerranéen

Ce questionnement se tiendra lors d'une première table-ronde sur l'innovation urbaine, où siègeront nos métropoles cousines d'Espagne et d'Israël. Lluis Sanz Marco, DSI d'une ville gérée par la gauche « alternative », dira en quoi Barcelone a toujours anticipé les grandes mutations urbaines. Yaël Weinstein, directrice du développement économique à Tel-Aviv Global, viendra expliquer pourquoi sa ville est l'une des plus socialement libérées et des plus naturellement portées sur l'innovation. La vision globale de ces évolutions au sein des grandes métropoles mondiales sera apportée par Emmanuelle Pinault, pilote du réseau international de villes C40 Cities.

Pour sa part, Philippe Saurel, maire et président la Montpellier Méditerranée Métropole (M3M), vantera l'extrême degré d'ouverture que le concept revêt à ses yeux. « La ville intelligente, c'est réfléchir à deux échelles : celle de la vie quotidienne et celle des relations intimes que l'on peut nourrir avec la planète », indiquait-il déjà, en 2015, lors de la 1e édition du forum.

Une 2e table-ronde sera centrée sur les nouveaux services produits par l'innovation numérique et offerts aux habitants dans les démarches Smart City. Des exemples de technologies appliquées à la cité intelligente seront présentées sur scène par les représentants de grands groupes tels que Engie (via sa filiale Ineo Digital) ou EDF, mais aussi par le Montpelliérain Sensing Labs, car les start-ups développent aussi leurs propres outils, intégrés à l'offre de services innovants proposées par ces groupes. Nicolas Curien, professeur émérite au CNAM et membre de l'Académie des Technologies, dira en quoi ces évolutions révèlent une innovation multiforme, bien plus profonde que le seul vernis technologique.

Faisant la jonction avec ces deux temps de débat, une ultime table-ronde montrera en quoi ces évolutions humaines d'un côté, techniques de l'autre, impliquent l'émergence d'une nouvelle façon de concevoir et construire la ville. L'ensemble de la chaîne sera réuni autour de cette réflexion, que ce soit avec l'architecte et spécialiste en ingénierie environnementale Franck Boutté, le promoteur Kaufman & Broad (représenté par son directeur Sud-Ouest Jacques Rubio), l'énergéticien GRDF (par le biais de son directeur territorial régional Languedoc-Roussillon, André Sautet) ou encore la Métropole de Montpellier, à travers sa politique d'urbanisation et d'aménagement du territoire.

L'interconnexion des enjeux

Plus globalement, une mise en perspective dans le contexte européen sera réalisée par Magdalena-Andreea Strachinescu, chef de l'unité Nouvelles technologies de l'énergie, chargée de l'élaboration de la politique et des actions sur la recherche de l'énergie non nucléaire et de l'innovation, au sein de la Direction générale de l'énergie à la Commission européenne. De son côté, Rüdiger Ahrend, économiste à l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), se focalisera sur les modalités de multigouvernance dans les métropoles et sur les territoires sensibles aux nouvelles formes d'engagement citoyen.

De même, un autre regard international sur l'innovation sera apporté par le Grec Nikos Fotinakis, directeur de l'Union internationale des architectes, lors d'une keynote consacrée à l'évolution et la maturation du concept d'architecture bio-climatique. L'enjeu de la gestion énergétique étant, en effet, un axe majeur des Smart Cities, Franck Boutté, fondateur du cabinet éponyme, dressera un panorama des politiques menées sur les territoires à énergie globale positive.

Enfin, ultime chaînon reliant l'événement aux grandes thématiques planétaires, un liaison sera établie avec Quito (Équateur), à l'occasion d'Habitat III. Le Forum Smart City se tiendra en effet à quelques jours seulement de la 3e conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable. La délégation française est pilotée par Maryse Gautier, ingénieure au Conseil général de l'environnement et du développement durable, qui interviendra pour clôturer la journée, dans un dialogue à distance avec Germanico Pinto, coordinateur d'Habitat III.

Renseignements et inscriptions sur le site smartcitymontpellier.latribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :