Phytocontrol veut devenir le référent dans l’analyse des eaux en Occitanie

 |   |  450  mots
Perspective d'architecte du projet de laboratoire éco-technologique de Phytocontrol
Perspective d'architecte du projet de laboratoire éco-technologique de Phytocontrol (Crédits : Phytocontrol)
Spécialisé dans la sécurité sanitaire des eaux et des aliments, le groupe nîmois Phytocontrol mise en 2018 sur une croissance de 20 % et envisage d’investir 10 M€ dans un laboratoire avant-gardiste dédié au contrôle sanitaire des eaux.

Implanté depuis sa création en 2006 au parc scientifique Georges Besse II à Nîmes (30), Phytocontrol Group s'est structuré autour de trois départements analytiques : AgriFood (analyse des contaminants dans les denrées alimentaires), Hydro (contrôle sanitaire des eaux), BioPharma (activités BPL). Rapidement, le groupe s'est imposé comme l'expert français des analyses de contaminants (pesticides, métaux, Mycotoxines, OGM) dans les denrées alimentaires et plus largement dans les produits d'origine végétale et animale. Pour l'année 2018, Phytocontrol annonce clairement vouloir développer son département Hydrologie.

Croissance exponentielle

Organisé autour d'un laboratoire central indépendant, accrédité et agréé, Phytocontrol compte désormais 250 collaborateurs et regroupe 13 agences technico-logistiques délocalisées en France et à l'international (Espagne, Angleterre, Italie, Belgique et Maroc). Le groupe, qui a procédé à 60 recrutements et réalisé un chiffre d'affaires de 16,5 M€ en 2017, vise les 20 % de croissance en 2018.

« L'année 2017 a été particulièrement dynamique, se félicite Mikaël Bresson, président fondateur du groupe Phytocontrol. Nous nous sommes structurés et avons...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :