Cérès veut relocaliser le marché mondialisé des plantes

 |   |  886  mots
Arnaud Millon et Fabien Hanai, fondateurs de Cérès dans l'Hérault
Arnaud Millon et Fabien Hanai, fondateurs de Cérès dans l'Hérault (Crédits : DR)
Spécialisée dans la reproduction de végétaux indigènes, la société héraultaise Cérès vient de boucler une levée de fonds qui va lui permettre d’accélérer le développement, la commercialisation et la diversification de son offre végétale.

Après cinq années de recherche et développement en collaboration avec des centres agronomiques, des écologues et des botanistes, la start-up Cérès, dont le siège social est à Saint-André-de-Sagonis (34), a mis au point des process novateurs de production de végétaux locaux.

Soutenue par de nombreux partenaires (Koppert France, CN Solutions, Everest, Leyton, groupe Bigard, l'accélérateur WeSprint...), la start-up, incubée à la pépinière d'entreprise Sydel Cœur d'Hérault et accompagnée par la SATT AxLR, vient de finaliser une levée de fonds de 400 000 €.

Une revégétalisation incohérente

Si la société Cérès (anciennement Ecosud) est née en 2017, son fondateur Fabien Hanai avait mûri le projet des années auparavant. Après un cursus agro-environnemental et une expertise dans la gestion des espaces naturels, le jeune homme a rapidement fait le constat que la revégétalisation des espaces, telle que pratiquée majoritairement, était incohérente.

« Il faut savoir que 99 % des espèces végétales ornementales proviennent du sud de l'Europe,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :