Levées de fonds : « On voit émerger des scale-ups en Occitanie »

 |  | 543 mots
Lecture 3 min.
A Montpellier, Swile a levé 70 millions d'euros en juin 2020 pour gérer tous les avantages employés.
A Montpellier, Swile a levé 70 millions d'euros en juin 2020 pour gérer tous les avantages employés. (Crédits : Swile)
Avec 36 levées de fonds en 2020, dont deux grosses opérées par Kinéis à Toulouse et Swile à Montpellier, la région Occitanie se place sur la 3e marche du podium des régions en France.

Dans son baromètre 2020 des levées de fonds en France, le cabinet In Extenso Innovation Croissance comptabilise quelque 4,7 milliards d'euros levés en 2020 (- 10%), au cours de 686 levées de fonds (- 20%). Autrement dit, malgré les incertitudes générées par la crise sanitaire et « malgré une dynamique d'investissement affaiblie et fortement atomisée, les pépites de la French Tech résistent à la crise ».

En Occitanie, 36 levées de fonds ont été réalisées (- 10%). Mais le montant global collecté, de 271,6 millions d'euros, a considérablement augmenté (+ 69 %) par rapport à 2019. En 2019, c'était 161 millions d'euros pour 40 opérations, et en 2018, 210 millions d'euros pour 55 opérations.

L'Occitanie est ainsi la 3e région de France, derrière Auvergne-Rhône-Alpes et devant la Bourgogne-France-Comté.

Ticket moyen multiplié par deux

« La forte augmentation des montants levés s'expliquent surtout par deux levées de fonds à gros tickets : Kineis (nanosatellites, NDLR) à Toulouse, avec 100 millions d'euros, et Swile (fintech spécialisée dans la dématérialisation des tickets-restaurants et titres-cadeaux, NDLR) à Montpellier avec 70 millions d'euros », pointe Patricia Braun, présidente associée du cabinet In Extenso Innovation Croissance.

Dans le Top 10 de la région, on trouve derrière Kineis et Swile, Preligens (énergie) à 20 millions d'euros, Naïo (food) à 14 millions d'euros, Phost'In (santé) à 10,3 millions d'euros, Limatech (énergie) à 9,7 millions d'euros, Rubix SI (home living) à 7 millions d'euros, Uwinloc (home living) à 5,5 millions d'euros, Alsatis (telecom) à 5 millions d'euros et Biodol (santé) à 4,5 millions d'euros.

« En Occitanie, le ticket moyen est passé de 4,2 millions d'euros en 2019 à 8,2 millions d'euros en 2020, une belle performance puisqu'il a plus que doublé (+ 6% au niveau national, NDLR) », observe Patricia Braun.

Si les télécoms prédominent parmi les secteurs d'activité concernés, en raison des 100 millions d'euros levés par Kineis, c'est la santé qui sort en tête de l'Occitanie sur le nombre d'opérations réalisées en 2020. Sont également bien placés la fintech (portée par Swile) ou le software, « sans surprise », souligne la présidente d'In Extenso Innovation Croissance.

L'ADN du territoire

Du côté des investisseurs, pas de nouveaux venus : les investisseurs historiques sont revenus autour de la table - comme le CNES pour Kineis - et ont fait levier pour continuer d'accompagner les startups.

« En Occitanie, ces levées de fonds confirment que l'innovation est l'ADN du territoire, et ce qui est intéressant, c'est qu'on voit émerger des scale-ups, ce qui montre que l'écosystème régional est présent, conclut Patricia Braun. Les levées de fonds en Occitanie reflètent la tendance nationale et européenne : au lieu de saupoudrer, on capitalise sur des startups en phase d'accélération. »

Après le coup d'œil dans le rétroviseur, quid du futur, surtout dans le contexte incertain de la crise Covid ? Patricia Braun confirme les interrogations des acteurs du secteur de l'innovation : « L'impact de la crise va-t-il permettre de continuer à financer les jeunes start-up en phase d'amorçage et créer la rupture en s'ouvrant à de nouveaux modèles en devenir ? La crise change le contexte, et on va certainement observer une tendance à aller sur digital, mais aussi peut-être sur de nouveaux usages... L'année 2021 sera très révélatrice du comportement des fonds dans la prise de risque ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :