Wefight développe une nouvelle interface pour la relation patient/médecin

 |  | 621 mots
Lecture 3 min.
A Montpellier, la startup Wefight développe Med Vik, une interface destinée aux professionnels hospitaliers de santé (médecins et infirmiers) pour leur permettre de gérer leurs patients à distance.
A Montpellier, la startup Wefight développe Med Vik, une interface destinée aux professionnels hospitaliers de santé (médecins et infirmiers) pour leur permettre de gérer leurs patients à distance. (Crédits : Wefight)
Après avoir lancé Vik, chatbot destiné aux patients atteints de cancers ou de maladies chroniques, la start-up montpelliéraine Wefight travaille sur une interface complémentaire. Dans le même temps, elle annonce une levée de fonds et une vague de recrutements en 2021.

Incubée depuis sa création en 2017 au Business Innovation Center (BIC) de Montpellier, mais aussi à la Station F à Paris, la start-up Wefight vient de déménager pour s'installer au village by CA.

« Au vu de notre développement, les locaux de Cap Omega étaient devenus trop exigus. Un plateau s'est libéré dans l'immeuble du village by CA et va nous offrir un espace adéquat pour les recrutements à venir », confie Benoît Brouard, docteur en pharmacie et cofondateur de Wefight, avec l'ingénieur Pierre Nectoux.

Une solution beyond-the-pill

Depuis quelques mois en effet, tout s'accélère pour la start-up qui emploie 40 salariés et s'est faite connaître en développant Vik, assistant virtuel capable de comprendre et de répondre aux questions des patients atteints de cancers ou de maladies chroniques et de leurs familles.

Après avoir lancé un premier agent conversationnel à destination des patientes atteintes de cancers du sein, Wefight a déployé sa solution sur une dizaine d'autres pathologies : asthme, dermatite atopique, migraine, cancers des poumons, etc.

De nouvelles applications, toujours dans le champ des cancers et maladies chroniques, sont en cours de développement, notamment en hématologie, psoriasis ou encore maladies inflammatoires chroniques de l'intestin.

Si, pour le patient, l'application est téléchargeable gratuitement sur les plateformes en ligne, la start-up se rémunère en vendant les licences de ses solutions à des laboratoires pharmaceutiques. Un business model basé sur la stratégie du beyond-the-pill (comprendre : au-delà du seul traitement médicamenteux).

« Accompagner le patient tout au long de son parcours de soin et de traitement intéresse fortement les laboratoires pharmaceutiques, souligne Benoît Brouard. L'enjeu pour eux est de passer d'un marketing et d'une communication centrée sur le médicament à une approche centrée sur le patient. D'où leur intérêt à financer le développement de nos solutions. Mais attention, Vik parle de tous les traitements possibles, sans exceptions. »

Des solutions internationales

A ce jour, Vik compte près de 300.000 utilisateurs dans le monde. Après avoir levé 1,8 millions d'euros en 2019, la start-up annonce une seconde levée, certainement fin mai, qui va lui permettre d'accélérer son déploiement à l'international.

« En octobre 2020, nous avons lancé plusieurs versions en Espagne, Italie, Allemagne et Canada, affirme le cofondateur de Wefight. Cela a nécessité la mise au point d'algorithmes spécifiques de compréhension adaptés au contexte de chaque pays. Notre objectif est aujourd'hui d'intensifier notre présence en Europe et au Canada, et en 2022, nous ciblerons le marché nord-américain. »

Alors qu'une nouvelle version nécessite en moyenne six mois de préparation, la start-up envisage une trentaine de recrutements d'ici la fin de l'année.

Gérer les patients à distance

Si les chatbots et la collecte de données directement auprès du patient permettent de mieux comprendre leurs besoins, la start-up souhaite aller plus loin dans son approche. Elle travaille actuellement sur le développement de Med Vik, interface destinée aux professionnels hospitaliers de santé (médecins et infirmiers) pour leur permettre de gérer leurs patients à distance.

« Nous avons ciblé deux pathologies, l'asthme et le lymphome, explique Benoît Brouard. Nous menons des études avec les Professeurs Bourdin et Cartron (pneumologue et hématologue, NDLR) du CHU de Montpellier qui partagent leurs expertises et celles de leurs équipes pour nous indiquer leurs besoins en termes de suivi de patients. Vik et cette nouvelle interface ont vocation à faciliter le maintien des patients à domiciles et à éviter l'engorgement des structures de soin. »

Med Vik devrait ensuite être déclinée par version en fonction des besoins des professionnels de santé. Les premières verront certainement le jour dans le courant de l'été 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2021 à 15:17 :
Oui mais c'est quoi qui est le plus important, de prendre son médicament ou bien de se souvenir de ce qu'il faut faire dans sa journée ?

Assister toujours plus une personne n'est-ce pas l'enfoncer toujours plus ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :