« On sort de l’ère de l’image et on amorce un rééquilibrage vers la voix » (B. Illinger, Coodio)

INTERVIEW - Podcast, livres audio, assistants vocaux. L’engouement autour des métiers de l’audio grandit. Coodio, le cluster national de la radio et de la voix créé en 2020 à Montpellier, compte déjà une centaine de membres partout en France. Au poste d’avant-garde, il est témoin des tendances montantes, notamment de celle, fulgurante, autour du podcast. Entretien avec Benoît Illinger, responsable de projet chez Coodio.
Cécile Chaigneau

7 mn

Benoit Hillinger, responsable de projet chez Coodio à Montpellier
Benoit Hillinger, responsable de projet chez Coodio à Montpellier (Crédits : Pierre Bruynooghe)

LA TRIBUNE - Qui sont aujourd'hui les membres de Coodio ?

BENOIT ILLINGER, responsable de projet chez Coodio - Coodio compte désormais plus de 100 entreprises membres. Parmi elles, les membres fondateurs Netia à Montpellier (éditeur de solutions d'automation radio, NDLR), Radio Act, France Bleu Hérault, Radio One et Audio Work Shop (post-prod de jeux vidéo et livre audio, et centre de formation aux métiers du son, NDLR), mais aussi désormais des radios comme radio Aviva, RTS, RCF Maguelone ou Radio Clapas, des grandes entreprises comme France TV Studios (basés à Vendargues, NDLR), Ubisoft pour sa division sound design, et bien sûr des studios comme Kiwi Record et Kiwi Record à Grabels, The Kitchen TV (entreprise de Floride qui a ouvert des succursales partout en Europe dont Montpellier pour la France, et propose des doublages voix, NDLR), des éditeurs de livres audio comme Soladar à Vendargues, des belles pépites comme Soledge à Clapiers (technologies pour enceintes, NDLR), TwoNotes à Saint-Gély-du-Fesc (pédales d'effet pour les guitares, NDLR), ou encore Media Meeting à Toulouse qui est le plus important spécialiste de la voix d'entreprise avec 220 salariés et qui vend des prestations notamment aux boîtes du CAC 40... Nous sommes actuellement sous forme associative mais nous devrions déboucher sur la création d'une coopérative, une Scic, mais pour le moment, cette phase n'a pas encore été amorcée car la période n'était pas propice. On se transformera quand il y aura plus de sérénité économique. Nous avons par ailleurs récemment élargi le bureau de Coodio pour plus de diversité avec, par exemple, l'arrivée de Aparté Studio (studio de podcat culture, NDLR), de la start-up audio My Shared Studio ou encore du sound designer toulousain Massami Komuro.

La crise Covid, qui a vu se démultiplier le vecteur de la vidéo-conférence, a-t-elle aussi eu un impact sur le secteur de l'audio et de la voix ?

Oui, les chiffres montrent que le fort développement qui s'était déjà enclenché a connu une vraie accélération. Avec le confinement, on a observé des changements d'habitudes : des gens qui écoutaient la radio en linéaire dans la voiture se sont mis à consommer du podcast, de la rediffusion d'émissions, des podcasts natifs sur de grosses plateformes. C'est une lame de fond. Aux USA, qui nous précèdent toujours de quelques années, la moitié de la population écoute de l'audio digital tous les jours. Dans cet audio digital, on trouve du podcast, des livres audio, les assistants vocaux, la radio, des médias hybrides comme Media Meeting à Toulouse, 1e voice business de France qui a créé l'observatoire de l'oralité. Sur le livre audio, le marché mondial est amené à dégager 3,5 milliards de dollars en 2021, et la part de marché du livre audio a augmenté de 50% en France en 2020, selon les chiffres du Syndicat national des éditeurs. On n'est plus sur le statut de niche. A Montpellier, nous avons Soladar, Benjamin Medias ou certains acteurs qui produisent pour Audible. Autre tendance : les assistants vocaux. Le cabinet Roland Berget estime à 20 millions d'utilisateurs en France...

Peut-on parler de révolution ?

Ce qui avait été oublié en raison d'un engouement pour l'image retrouve aujourd'hui de l'intérêt : l'oralité et l'audio sont des réponses adaptées selon les besoins. On sort de l'ère de l'image et on amorce un rééquilibrage vers la voix. Mathieu Gallet évoque d'ailleurs tout ça dans un livre "Le nouveau pouvoir de la voix - comment l'audio va s'imposer à l'ère digitale". Le réseau social Clubhouse vaut 4 milliards de dollars aujourd'hui, en mai, Facebook annonçait qu'il allait lancer une fonctionnalité pour accueillir des espaces de discussion live, un environnement dédié au podcast, et Slack annonce des développements audio...

Selon la mesure eStat Podcast réalisée par Médiamétrie et comptabilisant l'ensemble des contenus audio écoutés directement en streaming ou téléchargés, 112.6 millions de podcasts ont été écoutés ou téléchargés en avril 2021. Indéniablement, on peut parler de révolution concernant le podcast, qui a pris un virage radical et connaît aujourd'hui un succès phénoménal...

On constate en effet un fort développement. Fin 2020 ou début 2021, un rapport ministériel d'une centaine pages a mis en lumière les modèles économiques, etc. Ça veut dire qu'on est sorti de la niche et qu'on est sur un phénomène de société qui accompagne une habitude globale : avoir ce qu'on veut quand on veut. C'est aussi lié à la technologie qui offre des outils mieux adaptés pour podcaster, aux médias qui s'y intéressent et à tout un mouvement issu de la communication où on voit se créer des agences de podcast. Il en existe une demi-douzaine, dont Aparté Studio à la halle Tropisme à Montpellier, spécialisée dans le domaine de la culture. C'est même entré dans les cursus de formation des écoles de journalisme aujourd'hui... Le podcast est une bonne réponse pour expliquer une exposition, par exemple. L'Orchestre Opéra national de Montpellier a fait une série de podcasts saluée pour sa qualité, et l'Office de Tourisme aussi...

Quels sont les actualités "podcast" de Coodio ?

Nous avons lancé le podcat "Talents Coodio", réalisé par Studio Podcast Montpellier et destiné au BtoB pour présenter les membres du cluster, en expérimentant à chaque fois de nouveaux matériels ou studios... Début juin, Coodio a lancé un concours de podcast avec la Métropole de Montpellier, l'Office de tourisme, Paul Engel (réalisateur et producteur de podcasts basé à Montpellier, NDLR) qui est le président du jury, Radio Clapas et le studio le Son de l'encre. En 2020, on avait fait le concours "C dans le son" axé sur le BIC (business innovation center, NDLR) et comme il y avait eu un fort engouement des entrepreneurs du BIC, ils ont lancé un podcast derrière, baptisé "Passe-moi le BIC". Pour cette année, on s'est dit que la valorisation du patrimoine, du tourisme, de la culture était très adaptée au podcast. Le "C dans le son" saison 2 est donc axé sur "Les voix du territoire" avec l'idée que les gens mettent en valeur leur territoire, qu'ils soient propriétaire d'une chambre d'hôte, musée, artisan d'art, guide-conférencier, etc. Le concours est très largement ouvert. Les podcasts devront être rendus avant le 1e septembre et les prix seront remis lors de l'inauguration du WAT Festival le 23 septembre. Coodio y proposera avec des partenaires podcasteurs et Radio Clapas une table-ronde sur le podcast de voyage.

Des podcasts en Occitanie qui commencent à avoir de la visibilité ?

Celui de Julie Artis sur le bien-être au travail. Celui de Nicolas Parodi qui dirige l'agence de podcast Sons et Merveilles à Castres et qui a lancé "La beauté des mondes" sur le voyage et le bien-être. "Pèlerinages américains" d'Alexis Grardel, membre Coodio et qui est parti six mois aux Etats-Unis pour réaliser ses podcasts sur la culture populaire américaine. Ou encore celui d'Emma Vega, communicante montpelliéraine qui a lancé une 1e série "Trois fois 20" sur les jeunes qui ont eu 20 ans en 2020, pendant le Covid.

Quels sont les autres projets de Coodio ?

Nous développons un projet autour du Sommet Afrique-France qui aura lieu à Montpellier (décalé de juillet 2021 à octobre 2021, NDLR). On voudrait donner une résonnance audio à ce sommet et le couvrir avec une radio éphémère, on a donc déposé un dossier à l'appel à projet de la Métropole pour le village culturel. Et, localement, nous lancerons un festival audio jeune public avec notamment France Bleu, la Halle Tropisme et la Ville de Montpellier, baptisé "A hauteur d'enfants", du 4 au 7 novembre. L'objectif est de sensibiliser le jeune public à l'audio.

Radio Act (société propriétaire de Netia, spécialiste des logiciels audionumériques), qui porte le cluster Coodio investit 10 millions d'euros dans la rénovation d'un immeuble de 4.000 m2, situé dans le nouveau quartier Montpellier Cité Créative et rebaptisé Les Ateliers FM. Où en êtes-vous ?

Nous avançons, avec l'ouverture de notre coworking "audio radio voix" à la rentrée sur la Cité créative où, avec quelques membres, nous nous installons ensemble pour préfigurer du regroupement plus ambitieux que nous pourrons faire dans le projet que vous évoquez. Celui-ci avance, nous sommes dans les questions administratives et financières.

Cécile Chaigneau

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 15/07/2021 à 17:57
Signaler
Disons plutôt que c'est la fin de la dictature de la télévision et de son modèle d'une médiocrité croissante.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.