Gestion de l’empreinte carbone des entreprises : Sweep lève 22 millions de dollars

C’est sa 2e levée de fonds et elle s’élève à 22 millions de dollars. La startup montpelliéraine Sweep, fondée en 2020 seulement et qui a mis au point une plateforme logicielle de gestion de l’empreinte carbone pour grandes entreprises très émettrices de carbone, boucle un second tour de table d’envergure pour continuer de booster sa technologie de la data et se déployer dans le monde.
Cécile Chaigneau

5 mn

L'équipe de Sweep, startup créée en 2020 par Rachel Delacour, Nicolas Raspal, Yannick Chaze et Raphaël Gueller, et spécialisée dans la gestion de l'empreinte carbone des entreprises.
L'équipe de Sweep, startup créée en 2020 par Rachel Delacour, Nicolas Raspal, Yannick Chaze et Raphaël Gueller, et spécialisée dans la gestion de l'empreinte carbone des entreprises. (Crédits : Sweep)

Moins d'un an après son lancement, le financement total de la startup montpelliéraine Sweep s'élève désormais à 27 millions de dollars. Un montant qu'elle atteint grâce à une 2e levée de fonds 22 millions de dollars, annoncée le 14 décembre.

Sweep, c'est une plateforme logicielle de gestion de l'empreinte carbone pour grandes entreprises très émettrices de carbone, fondée en 2020 à Montpellier mais également présente à Paris et à Londres. Son ambition : aider à répondre à la forte demande des clients souhaitant mettre en place un programme climatique réaliste et aligné sur la neutralité carbone mondiale.

Après avoir levé 5 millions de dollars en mai 2021, la startup boucle une série A auprès du fonds de capital-risque britannique Balderton Capital, avec la participation des fonds New Wave, La Famiglia et la société de gestion 2050, déjà présents sur le premier tour d'amorçage.

Bernard Liautaud au board

« On fait une série A qui ressemble à une série B, se réjouit Rachel Delacour, cofondatrice de Sweep avec Nicolas Raspal, Yannick Chaze et Raphaël Gueller. Qu'un fonds comme Balderton, nous choisisse nous fait marquer des points... C'est reconnaître la capacité de l'outil, l'équipe et notre compréhension du carbone qui est un problème de données et de network. Nous n'arrivons pas par la case du militantisme, même si nous avons des convictions, mais par la donnée. Et je suis très fière que Bernard Liautaud (entrepreneur français, fondateur de Business Objects devenu SAP France, NDLR) siège lui-même au board. »

Bernard Liautaud, managing partner chez Balderton Capital, explique en effet son engagement et son soutien : « Le développement durable est une grande priorité pour nous, chez Balderton, et la mission et la vision de Sweep sont parfaitement alignées avec nos objectifs d'avenir durable. Lorsque nous avons examiné le marché, nous avons été incroyablement impressionnés par la force de l'équipe de Sweep, ainsi que par le caractère réfléchi et la maturité de leur produit. Nous sommes ravis de les soutenir alors qu'ils aident les entreprises à assumer efficacement la responsabilité de leur empreinte carbone ».

« Un Chief Sustainability Officer chez Sanofi »

Rachel Delacour en est persuadée : si Sweep est ainsi soutenue, c'est parce qu'elle intervient dans un contexte qui favorise les prises de conscience et vient répondre à des besoins de plus en plus pressants. Face aux avertissements scientifiques sur le climat, les entreprises subissent la pression de leurs clients, investisseurs, partenaires, régulateurs et employés pour réduire leur empreinte carbone.

« Il y a un besoin très affirmé des entreprises, surtout des grandes pour qui c'est un sujet de réglementation, martèle la dirigeante. Elles se staffent en interne et on voit apparaître désormais des gens sur des postes au Comex, par exemple un Chief Sustainability Officer chez Sanofi. Mais se pose la question du logiciel qui va venir en support de la démarche et du suivi de réduction de l'empreinte carbone. Sweep est la boîte à outil logicielle qui amène la capacité analytique et l'infrastructure, qui va mapper, analyser, faire le reporting. La déclaration des émissions directes n'est que la partie émergée de l'iceberg : Sweep connecte les grandes entreprises avec l'ensemble de leur chaîne de valeur, réseau de partenaires commerciaux, équipes et fournisseurs. Elles obtiennent un suivi complet de leurs émissions directes et indirectes et peuvent se concentrer sur la réduction de leur empreinte carbone... Il y a une grande ambition mondiale mais toujours pas de standards internationaux. En attendant, il faut donner un outil aux entreprises pour agir. »

« Être la référence du logiciel de carbone management »

Depuis son lancement, Sweep travaille avec plusieurs entreprises du Financial Times Stock Exchange 500 (FTSE), chacune responsable de 30 à 50 millions de tonnes d'émissions carbonées par an. Avec ces 22 millions de dollars supplémentaires, Sweep a de quoi faire grandir sa technologie et son déploiement mondial.

« Nous voulons être la référence du logiciel de carbone management, affirme Rachel Delacour. Et nous allons continuer notre expansion en Europe car les entreprises y sont très demandeuses et plus éduquées qu'aux États-Unis. »

La jeune startup va également renforcer ses forces vives. Son effectif d'une quinzaine de personnes aujourd'hui pourrait doubler d'ici fin 2022, annonce la dirigeante : « Nous avons besoin de compétences en expertise carbone, en développement commercial, en marketing et en brending, et toujours des ingénieurs développeurs. Nous avons un pôle d'ingénieurs à Montpellier d'environ une dizaine de personnes. Nous serons une trentaine d'ici janvier et on va plus que doubler d'ici fin 2022. Pour recruter des talents, je passe par plateforme Employer of Record Services qui me permet de recruter partout dans le monde. Et ça tape beaucoup à la porte ! Nous avons préparé l'entreprise pour fonctionner en remote ».

A la COP26

Début novembre, Sweep était l'une des rares jeunes entreprises sélectionnées pour présenter son activité à la COP26 dans le cadre du programme Tech for Our Planet du gouvernement britannique, qui met en avant les technologies conçues pour aider à atteindre les objectifs mondiaux de neutralité carbone.

Pour ce projet pilote, la banque d'investissement publique Bpifrance et ses deux participations, Orange et Openclassrooms (startup spécialisée dans les technologies de l'éducation) ont utilisé la fonction Connect de la plateforme de Sweep pour cartographier leurs émissions carbone.

« Il s'agissait d'un cas d'utilisation pour la sphère financière, commente Rachel Delacour. Les investisseurs sont des machines à mettre des pièces au bon ou au mauvais endroit ! Ils ont besoin de savoir où investir. Sweep donne une photographie standardisée du portefeuille. »

Cécile Chaigneau

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.