La French Tech Montpellier en force en Israël

 |  | 325 mots
Lecture 2 min.
Jacques Bourhis (IoTerop), Philippe Nahoum (Choosit), Hind Emad (Faciligo), Julie Artis (Synox), Ludovic Charbonnel (Servicesyou), Chantal Marion (Montpellier Méditerranée Métropole), Virginie Monnier-Mangue (EDF), Nordine El Ouachmi (Burostation), Romain Morales (Burostation).
Jacques Bourhis (IoTerop), Philippe Nahoum (Choosit), Hind Emad (Faciligo), Julie Artis (Synox), Ludovic Charbonnel (Servicesyou), Chantal Marion (Montpellier Méditerranée Métropole), Virginie Monnier-Mangue (EDF), Nordine El Ouachmi (Burostation), Romain Morales (Burostation). (Crédits : Montpellier Méditerranée Métropole)
Du 3 au 8 septembre dernier, huit start-ups montpelliéraines ont participé à une mission économique organisée par la Métropole de Montpellier à Tel Aviv. Le but ? Appréhender l’écosystème israélien et sa culture entrepreneuriale, établir des réseaux et valoriser les atouts de la Métropole à l’international.

Avec huit entreprises (Synox, Choosit, Faciligo, IoTerop, Ecomnews Med, Burostation, ServicesYou, Mayane) , la délégation montpelliéraine au DLD Innovation Festival de Tel Aviv était, "encore une fois venue en force", s'amuse Chantal Marion, vice-présidente de la Métropole déléguée au développement économique. Pour financer le voyage, elle avait noué, pour la première fois, un partenariat avec EDF, qui a pris en charge la moitié du coût de chaque entreprise (750 €).

Mais au-delà d'une démonstration de force, les entreprises ont pu soigner leur réseau, et même nouer certains contacts business.

" Au DLD innovation, nous avons pu rencontrer de grands comptes comme Danone ou Seb. C'est beaucoup plus difficile à faire depuis Montpellier et même à Paris", explique Ludovic Charbonnel, co-fondateur de ServicesYou.

"On a vu des investisseurs parisiens sur place, alors que ce sont normalement des rendez-vous très chronophages à organiser", poursuit Nordine El Ouachmi, co-fondateur de Burostation.

Des pratiques différentes

Israël a une culture du business plus directe d'après les participants. Sur place, les business angels s'impliquent dans les entreprises qu'ils financent. Une approche différente des habitudes françaises et de l'écosystème local, encore trop tourné vers les premières phases de croissance des entreprises.

"Nous sommes très bons sur les incubateurs à Montpellier, mais pas encore sur les accélérateurs. Il nous faut plus d'initiatives", remarque Philippe Nahoum, P-dg de Choosit.

Relations Méditerranéennes

La délégation a aussi rencontré Yossi Ben David, maire de Tibériade, ville jumelée avec Montpellier, avant une visite de Philippe Saurel l'année prochaine.

"Le président de la Métropole veut un consortium de villes du bassin méditerranéen, et nous préparons de grands événements avec des délégations de ces villes pour la fin 2018", précise Chantal Marion.

Elle-même sera à Chengdu (Chine) en octobre prochain, avant Helsinki (Finlande) en décembre 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :