La Poste présente Start'InPost, son accélérateur industriel

 |   |  555  mots
Hugues Hansen, directeur général de Start'inPost
Hugues Hansen, directeur général de Start'inPost (Crédits : YP)
Le directeur général de Start'inPost, Hugues Hansen, est venu présenter, le 11 novembre, la stratégie de cette filiale visant à booster La Poste grâce aux innovations de start-ups. Dix-sept entreprises régionales ont pu exposer leur projet.

Le groupe La Poste a présenté, jeudi 11 décembre, à la Maison du Numérique de Montpellier, la stratégie de sa filiale Start'inPost, dédiée à l'accélération industrielle d'entreprises innovantes, lancée en mai dernier au niveau national.

Face à un parterre de chefs d'entreprise venus nombreux, cette présentation transformait l'essai de la convention signée entre le groupe et Novae LR au mois de mai.

« C'est le premier pas opérationnel d'une démarche de rapprochement entre le groupe et l'écosystème des entreprises numériques régionales, se réjouit Pierre Billet, responsable de développement régional du groupe La Poste. Notre volonté est de faire converger nos univers. »

Confronté à une baisse de son volume de courriers, le groupe La Poste cherche à développer de nouveaux services pour conquérir de nouveaux marchés à travers un plan stratégique "La Poste 2020". Ainsi, afin de détecter les entreprises innovantes qui porteront la transformation numérique du groupe, Start'inPost a mis en place un programme destiné à accompagner les futures pépites.

Une première sélection sur dossier évalue le potentiel de la start-up à s'inscrire dans la logique des axes de développement du groupe.

« Nous sélectionnons les dossiers au fil de l'eau et non de façon saisonnière comme d'autres accélérateurs, explique Hugues Hansen, directeur général de Start'inPost. Nous privilégions une grande proximité entre les start-ups et le groupe. »

Après sélection, une phase d'expérimentation est établie à travers un « Proof of concept » (POC) durant trois mois. Ce POC peut être d'ordre technique ou commercial.

Un partenariat business avec une expérimentation élargie est ensuite installé. En tant que filiale du groupe, Start'inPost peut investir comme actionnaire minoritaire dans le capital des entreprises à raison d'un ticket variant de 50 000 € à 500 000 €.

Les critères de sélection des start-ups sont l'innovation dans les domaines du service, du commerce et du e-commerce, des services de proximité et de la confiance numérique.

« Notre rôle est aussi d'aider le grand public à mieux appréhender la réalité numérique et à sécuriser ses données », précise Hugues Hansen qui a par ailleurs rappelé que "les deux tiers du chiffre d'affaire du groupe La Poste sont générés en BtoB".

En outre, les start-ups candidates à cet accélérateur devront déjà être constituées en équipe, avoir éprouvé leur concept de manière « solide » et avoir un chiffre d'affaires de moins de 500 000 €. Start'inPost prévoit l'accompagnement de 24 business tests par an.

À l'occasion de cette présentation, dix-sept entreprises ont pu présenter leur projet innovant au groupe.

Enfin, dans le cadre du label French Tech, le directeur général de Start'inPost a annoncé rencontrer les représentants de la mission French Tech en janvier prochain.

« Les fonds de Start'inPost sont capitalisés par le groupe La Poste mais s'il y a un moyen de booster notre accélérateur grâce à bpifrance, nous regarderons évidemment ça de près. »

Pour rappel, La Poste représente un chiffre d'affaires de 22 Mds€, traite 13,6 milliards de courriers adressés, 1,5 milliard de colis par an et 11 millions de comptes bancaires. D'ici à la fin de l'année 2015, 80 000 facteurs seront équipés d'un terminal mobile doté d'applications conçues par le groupe et par des start-ups.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :