Logistique : des droïdes autonomes bientôt en test à Montpellier

 |   |  327  mots
Les droïdes sont conçus par le Lyonnais TwinsWheel
Les droïdes sont conçus par le Lyonnais TwinsWheel (Crédits : TwinsWheel)
La Métropole de Montpellier figure parmi les 13 territoires choisis, le 26 avril, par le consortium SAM pour des projets d'expérimentation de véhicules routiers autonomes. Seule collectivité retenue sur la logistique, elle accueillera un programme de 36 mois visant à tester des droïdes de livraison urbaine.

Le gouvernement vient de sélectionner 13 territoires pour le projet SAM (Sécurité et Acceptabilité de la conduite et de la Mobilité autonome). Parmi les candidats retenus, la Métropole de Montpellier est la seule à se positionner sur le sujet du transport de marchandises en centre-ville.

Un programme d'expérimentation, d'une durée de 36 mois, démarrera sous peu dans le quartier d'Antigone et le coeur historique de la ville afin de tester de petits véhicules électriques de livraison appelés "droïdes". Deux cas d'usage sont mis à l'étude, avec le concours de partenaires : la livraison de colis pour la Poste, et la livraison de produits frais pour le groupe STEF (leader européen de la logistique du froid).

"L'expérimentation permettra d'évaluer l'intérêt et les impacts d'une logistique urbaine automatisée et donc de mesurer l'intérêt sociétal et économique ainsi que l'acceptabilité par les populations de l'utilisation de tels droïdes de logistique", fait savoir la Métropole.

Une concrétisation de la démarche ZFE

Les droïdes sont conçus et fabriqués par l'entreprise lyonnaise TwinsWheel. De tailles et de formes variables, ils sont destinés à seconder les humains dans le port de charges lourdes (entre 40 et 500 kg).

100 % électriques, les droïdes fonctionnent en mode autonome ou bien peuvent suivre une personne à 1 m de distance. Ils roulent jusqu'à 6 km/h dans les environnements encombrés, et jusqu'à 12 km/h dans les espaces dégagés.

Pour la Métropole de Montpellier, cette campagne de tests est une première illustration de la démarche ZFE (zone à fable émission), pour laquelle elle a été retenue par le ministère de la Transition écologique en 2018. L'initiative, conduite au niveau européen, porte sur l'interdiction d'accès à une ville (ou partie de ville) pour les véhicules qui ne répondent pas à certaines normes d'émissions ou d'équipements (normes Euro et/ou présence d'un filtre à particules).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :