Sporteed, le "Vinted des articles de sport", boucle une 2e levée de fonds

Basée dans l’Hérault, Sporteed, plateforme de vente d’articles de sport de seconde main, boucle une nouvelle levée de fonds sur une valorisation de la société à 1,5 millions d'euros. Des fonds que l’entreprise veut utiliser pour poursuivre sa croissance en France et son développement sur le marché européen.
Cécile Chaigneau

4 mn

Sporteed est une plateforme de vente d'articles de sport de seconde.
Sporteed est une plateforme de vente d'articles de sport de seconde. (Crédits : Sporteed)

Créée, il y a un an, en juin 2021, à Clapiers, près de Montpellier (Hérault), Everleed a développé une plateforme de vente d'articles de sport de seconde main, baptisée Sporteed. La startup vient de boucler sa 2e levée de fonds sur une valorisation de la société à 1,5 millions d'euros, sans en préciser le montant exact.

Sporteed s'adresse à tous les sportifs particuliers, qu'ils soient amateurs ou athlètes, aux clubs de sports, aux professionnels et aux distributeurs de marques. Son fondateur Greg Cottret est ingénieur informatique et après dix années passées dans le secteur de la Formule 1, il crée en 2009 son agence de communication, Made In, doublée d'une agence de presse spécialisée dans le sport.

Lui-même amateur de sport, il s'interroge sur les pratiques autour des articles et matériels de sports de seconde main en observant ce qui existe déjà dans le domaine des vêtements, sur Vinted notamment... Face à une offre qu'il estime anémique, il profite du ralentissement imposé par le Covid pour développer une plateforme dédiée.

« J'ai voulu, dès le départ, créer une plateforme qui adresserait tous les sports, qui soit un site de confiance et qui inclut les clubs de sport qui ont beaucoup souffert pendant la pandémie », explique-t-il.

Aussi un modèle B2C

Le modèle économique de Sporteed est le même que celui de Vinted : « On prend une commission sur l'acheteur. Le vendeur peut booster son annonce en payant de 2 à 7 euros. Et nous développons un modèle B2C pour aider les professionnels et les marques qui ont obligation de recycler leurs produits : on les sollicite, on récupère leurs stocks qu'on met sur la plateforme dans un catalogue "Bons plans", mais on n'achète que ce qu'on vend et ce qui n'est pas vendu, on le donne à des associations ou on regarde comment le faire passer dans un circuit de recyclage. Si la marque accepte d'apparaître, elle se crée un compte et on touche les frais de gestion classiques. Plus tard, on pourrait commercialiser des espaces publicitaires, sponsoriser des rubriques ».

Pour cette année de lancement, Greg Cottret annonce des performances « supérieures à ses objectifs », avec notamment une augmentation du nombre de membres de 400% depuis janvier 2022 : aujourd'hui, la plateforme compte « plus de 40.000 inscrits » qui achètent ou vendent des articles de sport d'occasion sur le site internet (sporteed.fr) ou son application.

« Ce sont des Français et essentiellement des particuliers, qui étaient notre 1e cible, précise le dirigeant. Nous avons ouvert en Belgique il y a un mois et nous ouvrirons bientôt au Luxembourg. Nous avons aussi quelques clubs sportifs, par exemple le MA2M, club athlétisme de Montpellier. La plateforme n'a été ouverte aux professionnels qu'il y a un mois. Nous travaillons déjà avec le distributeur de marque Z3R0D, une marque de triathlon, dont nous avons récupéré les stocks... Depuis le lancement de la plateforme, plus de 10.000 articles ont été mis en ligne, et 35 à 40% des inscrits viennent mettre au moins un produit. »

Atteindre les 100.000 inscrits

Cette nouvelle levée de fonds est la 2e, la première, auprès de business-angels régionaux, ayant permis à Everleed de valoriser l'entreprise à 300.000 euros en juillet 2021. Cette seconde opération a été réalisée auprès des actionnaires d'origine mais aussi de trois nouveaux business-angels.

Avec ces fonds, la startup souhaite accroître son positionnement sur les marchés français et européens.

« Nous voulons développer notre croissance et atteindre les 100.000 inscrits d'ici à la fin de l'année en France et en Belgique, et ensuite ouvrir à l'Europe, indique Greg Cottret. Cet apport financier va permettre de structurer la société et renforcer notre budget communication pour atteindre ces objectifs. Nous avons besoin de recruter quatre à cinq personnes dès cette année, des profils de créatifs et designers mais aussi en gestion commerciale. »

Parallèlement, le dirigeant prépare une prochaine levée de fonds « d'ici la fin d'année ou début 2023 » pour attaquer le marché européen.

Cécile Chaigneau

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.