Eurobiomed et Cancer Bio Santé : les deux pôles bientôt unis ?

 |  | 533 mots
Lecture 3 min.
Xavier Tabary et Liberto Yubero, présidents des pôles de compétitivité régionaux Eurobiomed et de Cancer Bio Santé.
Xavier Tabary et Liberto Yubero, présidents des pôles de compétitivité régionaux Eurobiomed et de Cancer Bio Santé. (Crédits : Eurobiomed - Laboratoires Pierre Fabre)
Sans parler de fiançailles, des collaborations imminentes sont évoquées par les deux pôles de compétitivité en santé du Languedoc-Roussillon (Eurobiomed) et de Midi-Pyrénées (Cancer Bio Santé) au sein de la grande région. Les deux structures pourraient, à terme, fusionner, selon des informations communiquées le 9 septembre.

Le comité stratégique régional de la filière santé se tenait le 8 septembre 2015 à Montpellier, organisé par les deux Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte), afin d'évoquer l'avenir commun du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées au sein de la future grande région sur cette thématique de la santé.

Parmi les points évoqués, le devenir des deux pôles de compétitivité existant sur chacune des deux régions : Eurobiomed, dont le périmètre (Languedoc-Roussillon et PACA) ne correspond pas à celui de la future grande région, et Cancer Bio Santé (CBS) en Midi-Pyrénées.

Au lendemain de cette rencontre, la directrice générale d'Eurobiomed, Émilie Royère, s'est affichée raisonnablement optimiste, lors d'une conférence de presse organisée à Montpellier, et a évoqué une « réelle opportunité » pour des pôles : ceux-ci, conformément aux souhaits du gouvernement, ont prouvé qu'ils pouvaient « passer de l'usine à projet à l'usine à produits ».

« Je ne crois pas à une explosion d'Eurobiomed, observe-t-elle. L'ajout de Midi-Pyrénées serait une force supplémentaire pour le territoire de la grande région. Le rapprochement des deux pôles nous ferait gagner en masse critique et permettrait de créer de nouveaux liens entre les structures de recherche, les entreprises. »

Il s'agirait ainsi de jouer la carte de la complémentarité et d'accéder à l'échelle des plus gros clusters européens, dont certains rassemblent des acteurs de plusieurs pays.

« Nous ne sommes pas dans un rapport de force, même si le poids d'Eurobiomed est clairement plus important, assure Émilie Royère. Nous sommes dans un état d'esprit très ouvert. L'enjeu, c'est d'être un gros pôle européen à échéance de trois ans. »

Dynamique en e-santé

Les deux pôles régionaux ont élu, en juin dernier, leur nouveau président : Xavier Tabary, directeur du site Sanofi de Montpellier, à la tête d'Eurobiomed, et Liberto Yubero, secrétaire général de l'Institut Pierre Fabre, pour diriger CBS.

Selon Émilie Royère, ils s'appliqueront, dès 2016, à développer des actions communes.

« Les dynamiques se rejoignent, notamment sur la e-santé, affirme-t-elle. À Eurobiomed, nous sommes habitués à travailler à distance. »

Si elle ne cache pas sa crainte « de perdre du financement », elle se veut rassurante : « La filière santé apparaît comme un enjeu majeur de la grande région ».

Le pôle Eurobiomed, spécialisé dans la santé et les biotechnologies (thérapeutique, diagnostic et imagerie, dispositifs médicaux implantables et e-santé), comptabilise 254 adhérents (dont 167 entreprises et 12 000 directs), soit « le premier réseau d'acteurs biotech en France », souligne Émilie Royère. Il a financé 150 projets R&D pour 570 M€, dont 280 M€ de financements publics. En août dernier, deux projets en thérapie cellulaire, portés par le pôle, ont été sélectionnés dans le cadre du 20e appel à projets du Fonds Unique Interministériel (FUI), représentant un investissement en R&D de plus de 6 M€ : Trust, porté par la société TXCell, et NK-001, porté par l'entreprise EMERCell.

Fin 2014, Cancer-Bio-Santé, comptabilisait 163 projets labellisés dont 83 financés, pour 95,7 M€ de financements publics.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :