Cryopôle se scinde en deux marques pour booster sa croissance

 |   |  390  mots
Le groupe s'appuie sur 24 professionnels de santé salariés du groupe ou affiliés
Le groupe s'appuie sur 24 professionnels de santé salariés du groupe ou affiliés (Crédits : Cryopôle)
L'entreprise lattoise Cryopôle a adopté, le 26 octobre, un plan de financement pour sa nouvelle stratégie de croissance, qui passera par l'utilisation de deux marques : son nom historique pour poursuivre la création de centres de cryothérapie, et Cryopôle Esthétique pour aborder ce nouveau marché. Près de 25 ouvertures sont prévues en 2019.

Entreprise fondée à Lattes (34) en 2014 et ambitionnant de créer le 1er réseau national de centres de cryothérapie, Cryopôle vient de lancer un nouveau plan de financement (montant non communiqué) à l'occasion d'un changement de son actionnariat. L'opération vise à accélérer le développement de ce réseau (huit centres à ce jour) en propre et surtout par franchises, en se scindant en deux entités.

Deux entités pour deux marchés

D'un côté, l'entité "Cryopôle" continuera à ouvrir des centres de "cryothérapie corps entier" (CCE), positionnée comme solution thérapeutique non médicamenteuse par le froid. Entre 10 et 15 ouvertures sont prévues en France en 2019, dont "quatre sont déjà signées pour le premier trimestre", selon le fondateur Pascal Grillon (investissement moyen par franchisé : 300 000 €).

De l'autre côté, une entité "Cryopôle Esthétique" vient d'être créée pour attaquer ce nouveau marché. Au moins dix ouvertures sont espérées par l'entreprise sur 2019.

"Ces centres esthétiques utiliseront un système de cryothérapie monochambre, et non plus de deux chambres : l'investissement étant moindre (150 000 €, NDLR), le développement du réseau devrait être plus rapide. Chaque centre sera géré comme une entreprise, avec son propre management commercial", indique Pascal Grillon.

Accord de distribution exclusive

Enfin, Cryopôle dispose d'un autre levier de croissance : le Lattois est le distributeur exclusif, pour le secteur privé, de son propre fournisseur de chambres de cryothérapie, l'Allemand Zimmer. Cette activité de distribution constituera une troisième filiale appelée elle aussi à se développer en 2019 et au-delà.

"Zimmer m'a accordé cette exclusivité car le fabricant veut maîtriser la diffusion et l'utilisation de cet outil en France", explique Pascal Grillon.

Cryopôle se concentre, pour l'heure, sur le marché national, même si une ouverture au Koweït est en cours de négociation. "Nous privilégions un développement national mais nous n'avons pas encore de concurrent en Europe : si cette stratégie porte ses fruits, nous aurons ensuite des opportunités en Suisse, Espagne ou Italie", complète Pascal Grillon.

Cryopôle a réalisé un chiffre d'affaires d'1 M€ en 2017, dans sept centres où le Lattois a des parts. Il a enregistré 100 000 passages en cinq ans, et s'appuie sur 24 professionnels de santé salariés du groupe ou affiliés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :