La Valériane lève 650 000 € pour accélérer sur la médecine du futur

 |   |  915  mots
Roland Sicard, fondateur de La Valériane
Roland Sicard, fondateur de La Valériane (Crédits : Christine Caville)
La medtech montpelliéraine La Valériane, éditeur de logiciels santé, veut accélérer l’accès au potentiel des technologies de e-santé et d’intelligence artificielle pour améliorer le parcours de soin d’une personne atteinte d’un cancer ou encore retarder la perte d’autonomie des seniors. Elle vient de lever 650 000 € et lance deux nouveaux outils.

C'est parce qu'il est persuadé que « les solutions ne seraient plus seulement dans les hôpitaux et dans la recherche pharmaceutique mais qu'elles peuvent aussi venir du potentiel des nouvelles technologies de diagnostic et de solutions numériques santé » que Roland Sicard, président de l'Institut du cancer d'Avignon, a décidé de fonder La Valériane à Montpellier, en 2008.

Dix ans plus tard, la start-up vient de boucler une 2e levée de fonds de 650 000 € (800 000 € en 2014, notamment auprès de Soridec), auprès pour moitié de Sofilaro et pour moitié des associés fondateurs, qui conservent la majorité au capital. Objectif : booster le développement de ses solutions.

Dans ce secteur très fourni en initiatives et innovations en tout genre - un marché estimé à 550 M€ de chiffre d'affaires en France -, le dirigeant de la medtech montpelliéraine s'appuie sur une philosophie : « permettre aux professionnels et aux individus d'être capables de diagnostiquer et pronostiquer plus préventivement pour agir et réagir plus efficacement dans la préservation de leur santé plutôt que dans la seule réparation ».

« Chacun doit être acteur de sa santé. Demain, la maladie ne sera plus une fatalité, on aura le pouvoir de l'éviter grâce à l'informatique, aux algorithmes, aux solutions de e-santé », souligne Roland Sicard, non sans rappeler qu'en France, malgré les progrès continus de la médecine, l'espérance de vie en bonne santé est de 63 ans quand il est de 73 ans pour les Suédois...

Résistance au stress, perte d'autonomie

Pour tendre vers « la médecine des 4P » - préventive, prédictive, participative et personnalisée -, La Valériane a déjà mis au point trois outils.

« Bilan Stress Santé », utilisé par 30 000 personnes aujourd'hui en France et au Canada, permet aux entreprises de proposer à leurs salariés d'évaluer les effets du stress sur leur santé et d'identifier leurs facteurs de résistance, avec comme résultats « presque plus de burn-out, un taux d'absentéisme et une productivité qui s'améliorent », affirme Roland Sicard.

« EMA-Care », 2e solution mise sur le marché en 2015, facilite l'évaluation des besoins en services et assistance d'une personne âgée à domicile et permet de préconiser un bouquet de services et technologies afin de compenser la perte d'autonomie. La solution est actuellement utilisée par La Poste dans quatre départements français, ainsi que la Caisse nationale d'assurance vieillesse d'Île-de-France.

Quant à « Prev Chute », développée en partenariat avec le CHU de Nîmes et éditée en 2018, elle permet de repérer les facteurs de risque de chute d'une personne en EHPAD (une version « domicile » est prévue pour 2019) et d'établir des plans de prévention personnalisées.

« Aujourd'hui, Prev Chute est utilisée par quelques EHPAD seulement, la levée de fonds permettra aussi de renforcer notre équipe de commercialisation pour mieux le distribuer », souligne Roland Sicard.

THESS, suivi oncologique à distance

En février dernier, La Valériane a finalisé la création d'une société baptisée Synoris, avec le groupement de biologistes Inovie (ex-Labosud, dont le siège est à Montpellier) pour développer deux nouvelles solutions de e-santé, interfacées avec le dossier médical personnel (DMP) de l'assurance maladie, les systèmes d'informations des établissements de santé et les laboratoires de biologie.

« THESS », pour Therapy Smart System, est destiné à sécuriser et à améliorer la prise en charge thérapeutique des patients sous traitement oral de cancérologie : un boîtier sur lequel s'emboîtent des cartouches contenant les médicaments, relié à une application smartphone qui lance une notification et indique la capsule à utiliser et le nombre de médicaments à prendre.

« Ce dispositif médical permettra de faciliter la relation à distance entre praticien et patient, avec le même niveau de sécurité et de permanence », explique Roland Sicard.

Protégé par un brevet mondial, THESS a été sélectionné parmi les dix projets d'amélioration de la pratique de pharmacie clinique les plus prometteurs par la Direction générale de l'offre des soins (ministère de la Santé).

« La levée de fonds va permettre de continuer ce programme en phase de qualification du produit, se réjouit le dirigeant. Il va maintenant être utilisé et évalué pendant deux ans par l'Institut Sainte-Catherine d'Avignon et l'Institut Paoli Calmette de Marseille, via des essais randomisés. »

Détecter les insuffisances rénales

Autre outil à venir et qui sera distribué, normalement dès 2019, par Synoris auprès des laboratoires de biologie, des médecins néphrologues et des établissements de traitement de l'insuffisance rénale : « Sy-Néphrologie », un dispositif permettant de repérer le plus tôt possible les patients en risque d'insuffisance rénale chronique. La phase de développement devrait être terminée l'été prochain et pourra alors démarrer la phase d'expérimentation clinique en région Occitanie.

Enfin, La Valériane a lancé un projet de médecine prédictive, « Assistance de vie santé », en partenariat toujours avec Inovie mais aussi avec IBM et « potentiellement la Région Occitanie ».

« L'idée, c'est, dès la naissance, de profiler la carte génétique de l'individu. IBM apporte son programme d'intelligence artificielle Watson. L'objectif est de pouvoir annoncer un risque de cancer et de trouver solutions pour changer ces trajectoires. Nous sommes à la phase conceptualisation du projet. »

La Valériane, qui compte aujourd'hui 15 salariés, devrait recruter deux ou trois personnes en 2019, pour le développement et la distribution de ses solutions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :