Move in Med triomphe de 50 start-ups lors du Prix Galien

 |   |  449  mots
Sophie Gendrault et Sylvie Boichot, cofondatrices de Move in Med
Sophie Gendrault et Sylvie Boichot, cofondatrices de Move in Med (Crédits : Luc Jennepin)
L'entreprise héraultaise Move in Med (solutions e-santé) s'est imposée en catégorie "Start-up" lors du Prix Galien 2018, remis le 12 décembre à Paris. Une 2e validation de son approche du parcours de soin, après l'adoption en septembre du plan "Ma Santé 2022" par le gouvernement, où elle veut se positionner comme accélérateur de bonnes pratiques.

Le Prix Galien France, trophée de référence qui célèbre l'innovation santé, a tenu son édition 2018 le 12 décembre à l'Hôtel des Arts et Métiers de Paris, en présence de 200 participants. C'est Move in Med, entreprise basée à Baillargues (34), qui s'impose dans la catégorie "Start-up de l'année", où s'affrontaient 51 concurrents.

Une position différenciante

Créée en 2016 par Sylvie Boichot et Sophie Gendrault, Move in Med développe et diffuse auprès des établissements et des professionnels de santé des outils numériques pour mieux coordonner et fluidifier le parcours de soin des patients. Elle accompagne, à ce jour, près de 40 équipes sur le terrain (établissements publics ou privés, groupements de professionnels).

"Ce Prix Galien est un reconnaissance de notre différenciation par rapport à d'autres entreprises ayant un positionnement purement "techno". Pendant dix ans, nous avons été les seules à promouvoir cette vision où l'accompagnement des équipes médicales dans le process de coordination des soins doit primer sur le développement des outils de e-santé eux-mêmes. Si ces outils ont leur importance, ils ne font que matérialiser la volonté des professionnels", souligne Sylvie Boichot.

Plate-forme développée, à l'origine, par Montpellier Institut du Sein (MIS), Move in Med cite, pour illustrer son propos, la création d'une Fédération nationale des instituts du sein, en septembre dernier, et qui regroupe dix établissements opérationnels à ce jour (dix autres sont en gestation). "Cette fédération est née grâce à ce type d'accompagnement sur le terrain : nous avons accompagné sa création, et nous continuons à suivre chacun des instituts", complète Sylvie Boichot.

Une nouvelle plate-forme intelligente

Move in Med voit son approche doublement couronnée puisque le ministère de la Santé a lancé, en septembre, le plan "Ma santé 2022", destiné à transformer le système de santé en décloisonnant et en réorganisant les soins. "Nous nous positionnons comme un accélérateur de cette dynamique puisque, avec l'avance prise, de nombreux établissements et professionnels nous recommandent comme référents aujourd'hui", estime Sylvie Boichot.

À cette fin, Move in Med a renforcé ses équipes en 2018 (16 collaborateurs à ce jour), qu'elle a organisées en deux pôles : l'un pour l'accompagnement à la création de parcours de soin, l'autre pour le suivi terrain de ces équipes. De même, elle travaille à la prochaine version de sa plate-forme.

"La prochaine version sera plus évoluée, en intégrant des algorithmes d'intelligence artificielle, qui permettront notamment d'éviter des ruptures du parcours de soin. Elle devrait être prête en juin 2019", annonce Sylvie Boichot.

Move in Med confirme son prévisionnel, qui se monte à 500 000 € (exercice clôt en juin 2019).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :