DMS Group lance la construction de son usine pour doubler ses capacités

 |   |  670  mots
La construction du futur site industriel de DMS est lancée le 21 juin 2019.
La construction du futur site industriel de DMS est lancée le 21 juin 2019. (Crédits : DMS)
Le fabricant de solutions d’imagerie médicale DMS Group organisait la pose de la 1e pierre de son futur site industriel à Gallargues-le-Montueux (Gard) le 21 juin. Elle y regroupera toutes ses activités, actuellement dispersées entre l’Hérault et le Gard.

DMS Group, entreprise cotée sur Euronext Paris, est spécialisée dans l'industrie de l'image médicale. Elle démarre la construction de la nouvelle usine à Gallargues-le-Montueux (30) de son entité DMS Imaging (systèmes d'imagerie dédiés à la radiologie, à l'ostéodensitométrie, la modélisation 3D et la posturologie), et organisait une cérémonie pour la pose de la 1e pierre le 21 juin, pour une livraison attendue au 2e trimestre 2020.

Sur un terrain de 16 800 m2, elle fait bâtir un bâtiment de 5 500 m2, dont 2 600 m² de bureaux, 1 400 m² de production et 1 500 m² dédiés au stockage et aux expéditions.

Son projet est d'y regrouper ses différentes unités jusqu'à présent éparpillés entre Montpellier (siège social), Nîmes (usine et R&D) et Lunel (stocks). Le terrain bénéficie d'une réserve foncière d'environ 2 000 m2 permettant de réaliser un projet d'extension en fonction des besoins ultérieurs du groupe.

La maîtrise d'ouvrage du projet a été confiée à la société Eiffage Immobilier Occitanie, qui a signé la vente avec l'investisseur SCPI Pierval Santé, du Groupe Asset Management (6 M€ d'investissement). Les travaux seront réalisés par Eiffage Construction.

Le contrat de bail signé par DMS prendra effet lors de la livraison de l'usine, coïncidant avec la fin du bail de l'usine actuelle de Nîmes.

Passer de 150 à 300 tables de radiologie par an

« Cette future unité nous permettra de doubler au minimum notre capacité de production, en adéquation avec nos besoins futurs pour accompagner la montée en puissance des contrats UGAP et UniHA, mais également pour servir la demande de nos partenaires actuels, comme Canon Medical Systems, Carestream Health, et futurs, explique Jean-Paul Ansel, P-dg de DMS Group. Nous devrions ainsi passer de 150 tables de radiologie par an à 300. »

En 2018, DMS Group a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 24,3 M€, contre 27,1 M€ en 2017, soit un repli de - 10 %, le chiffre d'affaires de la division DMS Imaging ayant enregistré un « repli limité de - 12 % ».

« Le millésime 2018 n'a pas été une année favorable pour le secteur de l'imagerie médicale, marquée par la raréfaction des appels d'offres internationaux, générant de ce fait ponctuellement une concurrence exacerbée, avait alors observé Jean-Paul Ansel. Dans cet environnement, le groupe DMS a poursuivi son travail de transformation et de diversification avec la montée en puissance de ses divisions les plus récentes, DMS Biotech et DMS Wellness. Notre chiffre d'affaires 2019 devrait revenir au niveau de 2017 (27,1 M€, NDLR) »

Aujourd'hui de 130 salariés, les effectifs du groupe devraient monter à 150 d'ici la fin de l'année, selon le dirigeant.

Diversification

Le projet d'acquisition de l'entreprise Intrasense, annoncé en mai 2018, n'a finalement pas abouti, et l'entreprise affiche une volonté de diversification via une la montée en puissance de ses divisions les plus récentes, DMS Biotech (biotechnologies, essentiellement pour le traitement de l'arthrose et pour la médecine régénératrice) et DMS Wellness (santé et bien-être).

En février dernier, DMS Group et la société de biopharmaceutique Hybrigenics annonçaient être entrés en négociation exclusive en vue d'une prise de contrôle d'Hybrigenics par voie d'apport partiel d'actif du pôle DMS Biotech. Le 20 juin, un communiqué affirme que « sous réserve de l'avis du commissaire sur la parité, à l'issue de l'opération d'émission d'actions nouvelles Hybrigenics en rémunération de l'apport de sa division DMS Biotech, DMS Group détiendrait 80 % du capital social d'Hybrigenics et les actionnaires d'Hybrigenics (avant l'opération) 20 % ».

Selon Jean-Paul Ancel, le groupe fera ensuite glisser Stemcis, l'une des branches de DMS Biotech spécialisée dans la chirurgie plastique et reconstructrice et dans la médecine régénératrice, vers Hybrigenics.

Par ailleurs, le groupe poursuit ses investissements en R&D, « car nous avons des besoins supplémentaires en raison de l'explosion des contraintes règlementaires - homologations, frais d'enregistrements, autorisations de mise sur le marché, etc. ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :