La Fondation Bill Gates accorde 19 M $ à MedinCell

 |   |  336  mots
MedinCell, avec ces fonds, veut créer une nouvelle gamme de contraceptifs basés sur sa solution innovante d'injection de médicaments
MedinCell, avec ces fonds, veut créer une nouvelle gamme de contraceptifs basés sur sa solution innovante d'injection de médicaments (Crédits : MedinCell)
MedinCell a annoncé, le 28 novembre, qu'elle vient d'obtenir une subvention de 19 M$ sur 4 ans, versée par la Fondation Bill & Melinda Gates. Ce financement permettra à la biotech héraultaise de progresser dans le développement d'un contraceptif injectable innovant.

Dans le cadre de son activité de soutien aux produits pouvant améliorer la santé des populations vulnérables, la Fondation Bill & Melinda Gates (créée par l'ex-PDG de Microsoft et son épouse) vient d'accorder une subvention de 19 M$ (soit 17,29 M€) sur quatre ans à l'entreprise pharmaceutique technologique MedinCell, basée à Clapiers (34). Celle-ci développe un produit innovant baptisé "mdc-WWM" : un contraceptif injectable biorésorbable actif pendant six mois.

"mdc-WWM pourrait répondre à plusieurs défis majeurs (dans les pays en développement et les pays développés, ndlr) tels que le coût de la contraception, l'insuffisance des réseaux de distribution ou encore certaines barrières culturelles. Contrairement à la plupart des autres contraceptifs réversibles à longue durée d'action tels que les implants, aucune intervention chirurgicale ou spécialisée ne sera nécessaire avec le produit développé par MedinCell", fait savoir la biotech héraultaise.

Une entente pour diffuser plus largement le produit

En 2017, la Fondation Bill & Melinda Gates avait déjà versé 3,5 M$ à MedinCell pour financer la phase de recherche de formulation du produit, afin d'aider à la sélection de la formulation candidate. Cette nouvelle subvention vient soutenir les activités précliniques et les études cliniques de phase 1 pour ce produit, sous forme d'avances sur les coûts engendrés par le projet.

MedinCell conservera les droits de commercialisation du produit dans le monde, en particulier aux États-Unis où le marché de la contraception représente 5 Mds $ (soit 4,55 Mds €). Plus globalement, la biotech et son partenaire prévoient de vendre le produit "à des prix abordables dans les économies en développement, qui permettront d'éliminer la barrière du prix et d'en favoriser l'adoption volontaire", la Fondation Bill & Melinda Gates disposant par ailleurs "d'une licence non exclusive pour une utilisation non-commerciale du produit dans les pays à revenu faible ou intermédiaire".

MedinCell emploie près de 150 collaborateurs de 25 nationalités différentes. L'entreprise prévoit le transfert de ses bureaux dans un nouveau bâtiment de 1 800 m2.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2019 à 21:34 :
La surpopulation reste avec la malnutrition et son corollaire, la faim endémique, le fléau qui interdit tt développement des pays pauvres qui pullulent encore en Afrique sahélienne ou en Amérique ctrale.
Cette innovation, sorte de vaccin contraceptif, permettra assurément de soulager les peuples déshérités à condition que des ONG caritatives financées par des philanthropes de la classe des Gates, interviennent gratuitement auprès de ces populations avec l'accord de leur pays.
a écrit le 01/12/2019 à 14:52 :
Bill Gates est plus clairvoyant que tous les gentils "humanitaires" et experts d'aide au developpement parce que un contraceptif injectable biorésorbable actif pendant six mois c'est exactement ce dont a besoin le monde et l'Afrique surtout.
Il faut le diffuser fort et vite et concentrer une bonne partie de nos aides dans ce type de solution.
a écrit le 29/11/2019 à 18:31 :
"Dans le cadre de son activité de soutien aux produits pouvant améliorer la santé des populations vulnérable"

LOL !

Vu que la démographie mondiale va devenir un problème au sein d'une oligarchie de plus en plus radine et destructrice il est évident que la contraception ne va pas améliorer la vie des crèves la faim mais celle de ceux qui leur vendent car allant devenir de plus en plus obligatoire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :