Quantum Surgical amorce la phase industrielle de son robot médical

La medtech montpelliéraine Quantum Surgical, à l’origine d’Epione, plateforme robotique d’ablation percutanée des tumeurs cancéreuses, a inauguré son nouveau siège social le 3 octobre à Montpellier. Dans ces locaux, 700 m2 vont être dédiés à la production des robots (une centaine devraient être construits et installés d’ici 2025) et 1.000 m2 à la R&D.
Cécile Chaigneau
Démonstration du robot Epione dans les nouveaux locaux de Quantum Surgical à Montpellier, le 3 octobre 2022.
Démonstration du robot Epione dans les nouveaux locaux de Quantum Surgical à Montpellier, le 3 octobre 2022. (Crédits : Cécile Chaigneau)

Cinq ans après sa création (2017) à Montpellier, l'entreprise Quantum Surgical, spécialisée dans la robotique chirurgicale, inaugurait, le 3 octobre, son nouveau siège social dans le quartier du Millénaire.

L'entreprise conçoit des robots médicaux pour le traitement mini-invasif du cancer, pour des procédures interventionnelles percutanées. Elle a ainsi conçu le robot Epione, une assistance interventionnelle curative et précoce en oncologie, pour les cancers de l'abdomen (foie et rein). L'outil, moins invasif qu'une chirurgie, permet de planifier, cibler, délivrer et confirmer l'ablation de tumeurs : le chirurgien programme la trajectoire sur son écran via le logiciel, le robot se positionne en fonction de cette trajectoire et le chirurgien peut ainsi procéder avec une grande précision à l'ablation de la tumeur cancéreuse.

« C'est un véritable changement d'échelle pour Quantum Surgical, souligne Bertin Nahum, président-fondateur de l'entreprise, bien connu dans le secteur pour avoir déjà créé MedTech à Montpellier, rachetée en 2016 par l'Américain Zimmer Biomet. En cinq ans, nous sommes passés de quatre associés à une centaine de salariés aujourd'hui. Notre campus est désormais pleinement adapté à notre croissance industrielle et au rythme de développement de nos activités. Dans ces deux bâtiments de 2.400 m2, 700 m2 seront dédiés à la production de robots et 1.000 m2 à la R&D. »

« Les établissements hospitaliers qui font référence »

Grâce à des partenariats scientifiques, notamment avec le CHU de Montpellier et l'Institut Gustave Roussy à Villejuif, 80 patients atteints de cancers de l'abdomen - en particulier du foie - ont à ce jour pu bénéficier de soins à l'aide d'Epione.

« Off-label, le robot peut aussi être utilisé pour d'autres cancers, comme le poumon, si le chirurgien estime que c'est pertinent », précise le Professeur Thierry De Baere, chef du service d'imagerie thérapeutique à l'hôpital Gustave Roussy.

Entre juin 2018 et octobre 2021, Quantum Surgical avait levé 50 millions d'euros auprès du fonds Ally Bridge Group (basé à Hong-Kong et New York), spécialisé dans le secteur médical et les sciences de la vie, de la Banque européenne d'investissement, de Bpifrance et de la Caisse d'Épargne Languedoc-Roussillon.

La medtech poursuit son déploiement en France, mais aussi en Europe et aux Etats-Unis où elle a obtenu les homologations requises, et en Chine (où les homologations sont en cours) via une joint-venture. Une équipe de vente est déjà établie aux Etats-Unis.

« Mais nous procédons avec prudence, de manière à être en mesure de répondre à la demande, mais aussi pour pouvoir accompagner l'adoption du robot et construire sa réputation, indique Fernand Badano, associé de Bertin Nahum avec Sophie Roca et Lucien Blondel. Il y a encore une éducation du marché à faire... C'est pourquoi nous souhaitons en priorité équiper les établissements hospitaliers qui font référence en oncologie. »

100 unités installées d'ici 2025

La production des robots va maintenant monter en puissance, l'objectif visé étant d'atteindre les 100 unités installées d'ici 2025. Le nombre de salariés devrait lui aussi grandir, jusqu'à 300 dans le monde d'ici 2025, avec un chiffre d'affaires prévisionnel de 30 millions d'euros cette année-là, les dirigeants de Quantum Surgical annonçant un fort déploiement entre 2026 et 2030.

Autre étape pour Quantum Surgical : « étendre les indications de la technologie Epione, à l'appui notamment du développement de fonctionnalités d'aide à la décision basées sur des algorithmes d'intelligence artificielle ».

Pour accompagner la mise sur le marché du robot Epione (dont le prix se situe autour d'un million d'euros) et poursuivre les efforts de R&D, l'entreprise projette une nouvelle levée de fonds de 100 à 150 millions d'euros en 2023, vraisemblablement auprès de fonds étrangers et probablement de fonds américains.

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/10/2022 à 9:31
Signaler
L'avenir de la médecine sera technologique ou ne sera pas, les médicaments on a bien vu que ce ne sont maintenant plus que des supports à dividendes et donc de l'argent gaspillé massivement qu'il faudrait orienter vers la technologie. On a perdu trop...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.