Dans les tiers-lieux, « le carburant, c’est l’humain ! »

 |  | 1355 mots
Lecture 8 min.
Au coeur des Cévennes, la Fabulerie en herbe accueillera notamment un fablab, centré sur la revalorisation du bois, avec des machines-outils et des machines à commande numérique.
Au coeur des Cévennes, la Fabulerie en herbe accueillera notamment un fablab, centré sur la revalorisation du bois, avec des machines-outils et des machines à commande numérique. (Crédits : DR)
SERIE (3/3) – La Lozère, terre bénie des tiers-lieux ? Ce département a manifestement été identifié par les porteurs de projets désireux de s’enraciner en zone rurale et d’y créer de l’activité. L’objectif des candidats au tiers-lieu : développer un projet qui ait du sens, se mettre au vert tout en rassemblant et intégrant une communauté créatrice de liens. Témoignages.

Depuis le tiers-lieu POLeN (pôle lozérien d'économie numérique) à Mende, Vincent Gatin, responsable de l'agence Lozère Développement (agence d'attractivité, d'accueil et d'innovation territoriale du Département de la Lozère) a entre autres pour mission de couver et de faire grandir les projets de tiers-lieux.

Le label "Fabriques de territoire" décroché par POLeN fin 2020, lui donne des moyens pour accompagner les projets qui se font de plus en plus nombreux. C'est notamment l'une des conséquences de la crise sanitaire qui pousse les citadins vers un retour à la nature dans une quête de qualité de vie et de sens.

Outre les projets existants et qui veulent se développer, Lozère Développement a vocation à accueillir les nouveaux porteurs de projet à un tiers-lieu.

« Nous sommes des facilitateurs, déclare Vincent Gatin. Et ce qui est challengeant, c'est que, contrairement aux a priori dans ce domaine, les porteurs de projet ont un gros niveau, ils sont très aguerris, ont eu une vie professionnelle avant et leur projet tient la route ! »

« La fibre est arrivée sur le plateau de l'Aubrac »

Parfois, c'est un ensemble d'éléments qui fait tout basculer. La Lyonnaise Marjory Mayo, 32 ans, venait régulièrement sur le plateau de l'Aubrac avec son compagnon, ruthénois d'origine.

« On y a créé des liens, raconte-t-elle. On y allait pour s'y ressourcer mais pendant longtemps, il n'y avait pas de débit internet suffisant pour y télétravailler. Depuis l'été 2020, la fibre est arrivée sur le plateau, et avec la crise liée au Covid-19, on a sauté le pas ! Le pays est en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :