Awadac veut relancer la restauration avec du mobilier connecté

 |   |  475  mots
Des tables avec écrans tactiles, dont le but est d'améliorer la qualité du service dans la restauration.
Des tables avec écrans tactiles, dont le but est d'améliorer la qualité du service dans la restauration. (Crédits : Awadac)
La start-up Awadac, incubée chez Dell et au BIC de Montpellier, commercialisera en 2016 une gamme de mobilier connecté destiné à la restauration. Des tests seront effectués entre octobre et décembre 2015, notamment à Nîmes (30).

La start-up Awadac testera son mobilier connecté dédié à la restauration entre octobre et décembre 2015. L'entreprise créée en octobre 2014, hébergée depuis février au BIC Cap Oméga de Montpellier et à l'incubateur de Dell, prévoit son lancement commercial début 2016.

"Nous avons eu l'accord de deux enseignes, avec qui nous allons mettre en place des sites pilotes entre octobre et décembre 2015, explique Jérôme Gauchet, président d'Awadac. Nous allons faire des tests à Nîmes (30) et près de Lyon."

Les mobiliers connectés d'Awadac ont été conçus dans un objectif de qualité : satisfaire la clientèle quant à la qualité du service, et dégager du temps libre aux personnels pour améliorer l'accueil.

"Le premier module que nous allons tester sera utile pour les commandes et le paiement durant les rushs du midi et du soir, détaille Jérôme Gauchet. Ce sera un service complémentaire à celui des serveurs, qui redonne le contrôle de sa commande au client, et qui permet aux serveurs d'apporter un meilleur accueil."

Dans un contexte de baisse de chiffre d'affaires dans la restauration, de réduction du ticket moyen, et de perte de fidélité de la clientèle, le but du mobilier connecté est avant tout de relancer une machine économique en difficulté. Les clients potentiels d'Awadac sont, dans ce contexte, "des enseignes qui ont au moins 20 restaurants".

Treize recrutements  d'ici 2018

À ce jour, l'équipe d'Awadac est composée de cinq associés, auxquels se rajoute un responsable technique pour la partie informatique. L'entreprise envisage de recruter 13 personnes en trois ans, dont neuf développeurs.

"Nous prévoyons de faire nous-mêmes le développement de nos applications, dit Jérôme Gauchet. Nous comptons dès 2017 commencer à proposer notre mobilier à d'autres serteurs d'activité comme les écoles, les aéroports, ou les hôpitaux.

Car le module de commande ne sera pas le seul disponible sur les écrans tactiles d'Awadac, développés par Dell. Dans la restauration, d'autres fonctionnalités pourront être ajoutés selon les besoin du client apportant de l'information sur les produits, un accès aux réseaux sociaux ou a des fonctionnalités ludiques, la possibilité de se renseigner sur les commerces aux alentours ou de réserver un taxi, etc.

Des outils faits maison pour pouvoir se décliner à l'envi selon le secteur d'activité. Outre le fait de se diversifier, Awadac prévoit également d'exporter son produit.

"Nous avons lancé des études sur l'Asie et sur l'Europe, notamment l'Espagne, détaille Jérôme Gauchet. Pour nous, c'est un concept international. Même en France, les produits seront en plusieurs langues, car il y a une problématique touristique. Nous visons l'Asie pour 2017."

Pour faire connaître son produit, Awadac compte être présent au CES de Las Vegas, en janvier 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :