Vaonis lève 1,7 M€ pour booster le lancement de son télescope Stellina

 |   |  510  mots
(Crédits : Vaonis)
Le concepteur du télescope connecté à destination du grand public a annoncé, le 5 janvier, avoir bouclé sa 1e levée de fonds à hauteur de 1,7 M€, avec pour objectif de lancer la phase d’industrialisation. L’instrument sera présenté au CES de Las Vegas, du 9 au 12 janvier.

La fin 2017 et le début 2018 auront marqué un tournant pour la start-up montpelliéraine Vaonis, inventeur d'un télescope haute qualité à destination du grand public : le 28 décembre, elle bouclait une première levée de fonds de 1,7 M€ et le 9 janvier, elle sera à Las Vegas pour le Consumer Electronics Show (CES).

« Nous avons voulu faire une levée de fonds à la fin du programme d'accélération dont nous avons bénéficié avec l'accélérateur Numa Sprint, explique Cyril Dupuy, le fondateur de Vaonis en 2016. Et contrairement à ce que nous craignions, nous n'avons pas eu de mal à trouver des investisseurs, ce qui nous a permis de revoir l'ambition de l'entreprise à la hausse en matière de développement, notamment à l'international. »

C'est auprès de Irdi-Soridec Gestion et de business-angels régionaux que Vaonis a levé 1,7 M€, avec pour objectif de financer l'industrialisation de son produit et de booster sa communication à l'international.

1 000 télescopes en 2018

Passionné d'astronomie, le jeune dirigeant souhaite rendre l'observation du ciel et des astres accessibles à tous. Il a donc conçu Stellina, un télescope compact, intelligent et connecté, permettant d'observer et de photographier l'univers depuis un smartphone ou une tablette grâce à une application mobile contrôlant entièrement l'appareil. La start-up, accompagnée par le BIC Montpellier, est notamment soutenue par l'incubateur de l'ESA (Agence Spatiale Européenne).

Selon Cyril Dupuy, la fabrication des moules va être lancée et les premiers produits seront livrés début avril aux clients ayant déjà précommandé leur télescope sur le site internet de Vaonis, ainsi qu'aux distributeurs. L'ambition du dirigeant est de produire 1 000 télescopes en 2018, soit un chiffre d'affaires prévisionnel de 2 à 2,5 M€ (chaque instrument vaut 2 200 €).

Le réseau de distributeurs est en train d'être construit et Cyril Dupuy préfère rester discret sur les enseignes qui pourraient le composer. En France, il pourrait s'agir d'enseignes comme Nature & Découverte ou la Fnac, même si rien n'est encore signé.

Des ambassadeurs américains

Aux États-Unis, des pistes devraient se dessiner à l'issue du CES, car l'un des objectifs visés par Vaonis, en se rendant à Las Vegas, est d'identifier de potentiels distributeurs partenaires. Le continent américain est l'un des premiers marchés à l'export que souhaite développer Cyril Dupuy, conscient de l'engouement des Américains pour le domaine du spatial et des étoiles.

« L'éclipse totale en août 2017 a été suivie par 88 % des Américains », souligne-t-il.

Autre signe encourageant pour la start-up française : l'obtention du prix de l'Innovation CES 2018 pour son télescope connecté Stellina dans la catégorie Digital Imaging (imagerie numérique).

« Nous allons au CES également pour trouver des ambassadeurs, c'est à dire des personnalités à même de booster notre visibilité auprès des médias, de parler de notre produit », ajoute Cyril Dupuy.

De trois salariés en juin 2017, Vaonis est passée à six, et prévoit de monter à 10 pour la fin de l'année 2018, en recrutant notamment des profils en communication et marketing, ainsi qu'en business développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :