CES 2019 : Vik, le compagnon virtuel pour ne plus être seul face à la maladie

 |   |  562  mots
L'équipe de Wefight (Montpellier) au CES 2019.
L'équipe de Wefight (Montpellier) au CES 2019. (Crédits : DR)
Parce que les médecins ne peuvent pas répondre 24h/24 aux questions des personnes atteintes de cancer ou de maladies chroniques, la start-up montpelliéraine Wefight a inventé un compagnon virtuel doté d’IA, baptisé Vik et expérimenté avec succès sur le cancer du sein. Sur le CES, Wefight a lancé trois nouvelles versions sur l’asthme, la dépression et la migraine.

Il ne remplace pas le médecin et ne fait pas de diagnostic. Mais il prétend améliorer la qualité de vie des patients, en répondant aux angoisses et inquiétudes qui ne manquent pas d'advenir quand on est atteint d'un cancer ou d'une maladie chronique.

Vik, compagnon virtuel, a été conçu par la start-up montpelliéraine Wefight. Doté d'intelligence artificielle, ce chatbot est capable de comprendre et de répondre à des questions des patients et de leur famille à toute heure du jour et de la nuit, sur leur traitement (comment le prendre, comment gérer les effets secondaires), la qualité de vie (nutrition, sport,...), les informations administratives, des contenus généraux (dépistage, prévention, techniques de diagnostic, chimiothérapie, etc.) ou sur des questions concernant les proches.

Créée par Benoît Brouard (CEO et docteur en pharmacie) et Pierre Nectoux (CTO et ingénieur centralien), Wefigth est incubée au sien de l'incubateur montpelliérain Cap Oméga ainsi qu'à Paris, à la Station, par l'Incubateur et pépinière d'entreprises Paris-Salpêtrière (iPEPS-Institut de la moelle épinière). Les équipes travaillent avec des professionnels de santé, médecins et pharmaciens, mais aussi...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :