Occitanie : pourquoi EDF challenge les start-ups en matière d’innovation

 |   |  1129  mots
(Crédits : GettyImages)
La démarche d’open innovation de l’énergéticien français adresse des requêtes très précises aux start-ups dans le cadre de son prix EDF Pulse, qui ambitionne de trouver des solutions aux besoins des métiers du groupe. Pour sa 2e édition en Occitanie, EDF émet 9 appels à projets sur des sujets aussi variés que des capteurs de suivi de maintenance sur centrales solaires, un « smart-stade à énergie positive », ou le contrôle robotisé des fûts de déchets nucléaires avant incinération.

S'appuyer sur l'agilité des start-ups pour booster leur transformation numérique et collaborative. L'idée n'est pas nouvelle et la plupart des grands groupes ont instauré des démarches d'open innovation afin d'aller chercher chez les start-ups les innovations dont ils ont besoin pour évoluer.

Le 17 janvier, depuis le BIC à Montpellier, le groupe EDF a donné le top départ de la saison 2 de son prix EDF Pulse en Occitanie, une démarche d'open innovation territoriale dans le domaine de l'énergie.

« Au-delà de la découverte et du soutien que nous pouvons apporter à ces jeunes pousses, c'est un excellent moyen pour EDF d'être plus agile, d'être davantage tourné vers le monde de demain, explique Gilles Capy, délégué régional EDF en Occitanie. Il ne s'agit pas simplement d'un challenge pour mobiliser talents et énergies : la démarche prend son origine dans un travail préalable au sein de chacun des métiers du groupe. Concrètement, notre rôle est de réunir les conditions pour que start-ups, PME et laboratoires basés en Occitanie développent, aux côtés des équipes d'EDF, des solutions innovantes. Cette caravane de l'innovation fera le tour de la région en s'arrêtant dans huit villes* pour présenter les appels à projets. »

Des capteurs et des smart-stades

Des appels à projet au nombre de neuf cette année, affichant des requêtes extrêmement précises (candidatures jusqu'au 15 avril). Trois prix seront décernés : le prix Coup de cœur (qui candidatera au Prix national EDF Pulse France 2019), le prix Coup de pouce et le prix Coup de cœur EDF Pulse Africa (qui fera bénéficier d'une semaine de rencontres business en Afrique afin de découvrir l'écosystème du pays et développer son activité).

  • EDF Renouvelables Services, qui exploite des centrales de production importantes et  étendues, veut renforcer ses moyens de suivi, et cherche plus spécifiquement des capteurs sans fil qui s'installeraient sur les centrales et s'interfaceraient avec tous ses systèmes de contrôle.
  • La Socodéi est une filiale d'EDF spécialisée dans le traitement des déchets générés par les installations nucléaires, les laboratoires et les hôpitaux. Elle lance deux défis : développer une solution numérique pour sécuriser et optimiser ses opérations de maintenance via des capteurs sans fil, avec des alertes de panne sur le matériel et un outil intégrant le dossier d'intervention. Autre besoin : une chaîne de contrôle robotisée, plus fiable et plus rapide, des fûts destinés à l'incinération.
  • La centrale nucléaire de Golfech cherche à réduire et optimiser sa ressource en eau (300 000 m3 chaque année, prélevés dans la Garonne) et à améliorer sa solution de filtrage qui se fait aujourd'hui beaucoup par traitement chimique.
  • La direction EDF commerce souhaite développer des « smart-stades à énergie positive », c'est à dire des équipements sportifs ou culturels qui soient utiles au territoire en proposant des solutions de production ENR, d'autoconsommation et de mise à disposition de l'électricité produite, tout en favorisant des concepts de mobilité électrique. Autre besoin : un outil pour les équipes commerciales qui permettrait d'accompagner les chefs d'entreprise dans leur prise de décisions sur la question de l'industrie du futur.
  • EDF Hydraulique voudrait se doter d'une application smartphone, qui puisse fonctionner offline, au service des usagers et des agents EDF, favorisant le partage de l'information, avec comme objectif d'affiner ses mesures de risques et de renforcer les liens entre usagers et agents. Sur son chantier de réfection de conduite à Tarascon-sur-Ariège, et afin d'amplifier les retombées économiques locales, l'énergéticien imagine aussi une solution développant des services, du tourisme, de l'animation ou de l'événementiel autour du chantier.
  • Enfin, la direction Transformation et efficacité opérationnelle cherche comment « injecter un peu d'intelligence » dans le système de gestion du rachat des productions d'électricité provenant des producteurs individuels (agriculteur, collectivités territoriales, PME, etc.), une solution qui proposerait une lecture intelligente des mails entrants, un système pour les catégoriser et les orienter, construire des réponses automatisées et émettre un tableau de bord en temps réel.

La boussole de navigation

Les lauréats pourront tester leurs solutions en conditions réelles, au travers de POC (preuve de concept).

« En 2017, 100 start-ups avaient candidaté : un tiers en Haute-Garonne, un tiers dans l'Hérault et le reste sur les territoires, souligne Muriel Biasiato, en charge de l'innovation pour la délégation EDF Occitanie. 40 sont venues nous rencontrer sur nos sites, 7 lauréats ont signé des contrats d'expérimentation rémunérés. Au delà du POC, ce prix, c'est de la visibilité, de la mise en relation, des opportunités de business. Et EDF gagne dans ses process, dans l'accélération de sa transformation. C'est une démarche gagnant-gagnant. »

Selon Gilles Capy, qui précise qu'un POC peut représenter un investissement de 20 000 à 50 000 €, quelque 200 start-ups sont aujourd'hui identifiées par le groupe en Occitanie.

« Une fois qu'on les a mises sur orbite, EDF est la boussole de navigation de la start-up dans le grand groupe », ajoute le délégué régional.

Dans un contexte industriel stratégique

Parmi les success-stories issues du concours, figure la start-up montpelliéraine IoTerop (nouvelle génération d'objets connectés interopérables) qui expérimente actuellement un dispositif de caméras intelligentes et autonomes installées sur les automates et indicateurs de mesure mécaniques de la centrale nucléaire de Golfech.

« EDF Pulse Occitanie a été très concret pour nous, cela nous a permis de déployer notre technologie en temps réel dans un contexte industriel stratégique, témoigne Hatem Oueslati, président et cofondateur de IoTerop. En plus, cette innovation de caméra intelligente a eu une visibilité mondiale puisque nous l'avons présentée à l'IoT Solutions World Congress à Barcelone et nous avons été récompensés par un prix dans la catégorie Industrie. »

De son côté, Bruno Bouteille, dirigeant de SIREA, qui développe à Castres des produits électroniques sur mesure pour le compte de clients industriels, raconte : « Dalkia, filiale du groupe EDF, était à la recherche d'une solution performante pour réaliser des audits énergétiques dans les installations bâtiment/réseau de chaleur de ses clients. Notre solution de plate-forme électronique de raccordement permet de connecter, collecter et automatiser l'ensemble des mesures parfois hétérogènes qui sont fournies par ces capteurs... Gagner le prix EDF Pulse Occitanie nous a permis de rayonner au-delà de notre champ d'action habituel de développement de produits électroniques ».

* Montpellier, Toulouse, Tarbes, Albi, Perpignan, Rodez, Nîmes et la centrale nucléaire de Golfech.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :