Le Catalan BTR s’attaque au marché du foil électrique

 |   |  503  mots
L'e-foil, une aile nautique électrique qui permet de voler à 50 cm au-dessus de l'eau
L'e-foil, une aile nautique électrique qui permet de voler à 50 cm au-dessus de l'eau (Crédits : BTR)
BTR (Born to Ride) a créé l'e-foil, une aile nautique électrique permettant de voler à 50 cm au-dessus de l'eau. L'entreprise débutera la production de ce produit, entièrement assemblé à Perpignan (66), d'ici l'été. Elle espère vendre entre 150 et 200 unités avant la fin de l’année.

Après deux années de recherche et développement (R&D), l'entreprise perpignanaise BTR (Born To Ride) s'apprête à commercialiser son foil électrique, l'e-foil PWRFoil. « Nous sommes actuellement dans la phase de conception et d'industrialisation. Nous allons rentrer dans la phase de commercialisation d'ici à un mois et demi », détaille Christophe Defrance, fondateur et dirigeant de BTR.

L'e-foil est une aile nautique équipée d'un moteur électrique et commandée grâce à une télécommande permettant à un équipement de sport nautique de type surf, stand up paddle ou wakeboard de voler au-dessus de l'eau, à 50 cm de hauteur.

Un marché naissant

Le marché du foil électrique en est qu'à ses prémices, comme l'explique Christophe Defrance.

« Aujourd'hui, il n'existe sur le marché mondial que deux marques de foils électriques commercialisées depuis seulement quelques mois. Nous arrivons avec une machine plus aboutie et moins chère », poursuit le chef d'entreprise.

En effet, alors que BTR propose son e-foil à 5 000 euros, ses concurrents se situent « entre 10 000 euros et 15 000 euros ». En plus du tarif de vente attractif, BTR promet également une machine plus sécurisée, notamment équipée d'un coupe-circuit, explique Christophe Defrance.

Un assemblage 100 % catalan

En termes d'objectifs de vente, l'entreprise catalane compte écouler au moins 150 à 200 modèles d'ici à la fin de l'année. Le e-foil, dont le développement a nécessité un investissement d'environ 100 000 €, sera assemblé dans les ateliers perpignanais de BTR.

Les différentes pièces composant la machine proviennent d'Allemagne, de Chine (les ailes du e-foil) et d'Occitanie - Montpellier et Port-Vendres - (batterie et cartes électroniques). « Assembler notre foil en France et plus particulière dans les Pyrénées-Orientales nous permet de garder la R&D que nous avons réalisée à 90 % en interne », explique Christophe Defrance.

Les premières séries (de 20 à 30 machines) seront principalement vendues dans le sud de l'Hexagone. Puis, progressivement, les ventes devraient s'ouvrir sur le reste de la France et des marchés francophones, mais aussi la Suisse qui représente aujourd'hui le premier marché de BTR, devant l'Espagne.

L'entreprise vise également d'autres marchés européens, notamment l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Italie. Le marché nord-américain est pour l'heure exclu des ventes à l'export, pour notamment des « raisons de législation et de protectionnisme. »

Si le succès est au rendez-vous sur son foil électrique, BTR prévoit des recrutements pour le montage et la fabrication, notamment. Un agrandissement de 120 m2 des ateliers pourrait également avoir lieu (le site actuel, qui comprend un showroom, les ateliers de fabrication et les bureaux de l'entreprise, s'étale sur 400 m2).

BTR a été créée en 1999. L'entreprise, qui compte cinq salariés sur son site perpignanais, exploite une marque de stand up paddle : RedWoodPaddle, « qui reste notre cheval de bataille. C'est cette activité qui nous fait vivre et toujours autant vibrer », précise Christophe Defrance.

Le chiffre d'affaires 2018 de BTR était de 1,7 M€. Ce résultat devrait être en « légère augmentation » cette année « sans l'effet foil électrique », ajoute Christophe Defrance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :