Vehicle-to-grid : en Occitanie, un projet va tester des bornes de charge intelligentes

 |   |  1097  mots
DREEV (filiale d'EDF) a développé une technologie de pilotage de bornes de charge intelligentes pour les véhicules électriques.
DREEV (filiale d'EDF) a développé une technologie de pilotage de bornes de charge intelligentes pour les véhicules électriques. (Crédits : DREEV)
Les partenaires (notamment EDF et la Région Occitanie) du projet Flexitanie, qui va être lancé à l’automne prochain, ambitionnent de faire de la région Occitanie un terrain pionnier pour déployer à grande échelle la technologie "Vehicle-to-Grid" en France. Le principe : des bornes de charge bi-directionnelles intelligentes, faisant des batteries des véhicules électriques des solution de stockage d’énergie.

Promouvoir le véhicule électrique et en même temps une meilleure intégration des énergies renouvelables et une flexibilité sur le réseau. C'est l'ambition du projet Flexitanie lancé en Occitanie, grâce à une technologie de smart-charging intelligente, le pilotage de bornes de charge bi-directionnelles "Vehicle-to-Grid" (V2G).

Le groupe EDF, la Région Occitanie et son agence de développement Ad'Occ et l'ADEME en ont fait l'annonce le 7 juillet, en partenariat avec le pôle de compétitivité DERBI, Leader Occitanie, l'association nationale pour le développement de la mobilité électrique (AVERE) et la CleanTech Vallée dans le Gard. Ce projet innovant, qualifié « d'une ampleur inédite en France », intervient dans le cadre du dispositif régional « Contrat d'Innovation ».

L'objectif du projet Flexitanie est de tester à grande échelle, et sur une unité de lieu géographique, le service de pilotage d'une centaine de bornes de charge bi-directionnelles V2G. Les premiers déploiements des bornes bi-directionnelles est prévu pour l'automne 2020, à commencer par le Gard. Le projet devrait s'étaler sur une année environ.

Stocker le kWh non consommé

Flexitanie repose sur la nouvelle technologie V2G, qui permet à DREEV, une co-entreprise créée par EDF et la start-up californienne NUVVE, d'utiliser les batteries des voitures...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :