ITK lance un nouveau projet en Afrique sur la séquestration de carbone dans les sols agricoles

 |  | 741 mots
Le projet Kilimo, remporté suite à un appel à projet du gouvernement kenyan, a pour ambition d'apporter des outils d'aide à la décision pour optimiser la production de maïs tout en limitant l'apport d'intrants.
Le projet Kilimo, remporté suite à un appel à projet du gouvernement kenyan, a pour ambition d'apporter des outils d'aide à la décision pour optimiser la production de maïs tout en limitant l'apport d'intrants. (Crédits : ITK)
Leader de l’agri-intelligence, l’entreprise héraultaise ITK est tête de file d’un nouveau consortium d'entreprises signé cet été – notamment avec Airbus Defence and Space – sur un projet de séquestration du carbone dans les sols agricoles en Afrique. Objectif : utiliser l’agriculture de précision pour améliorer la santé des sols, réduire l’utilisation d’engrais et accroître les rendements des cultures.

L'entreprise ITK, basée à côté de Montpellier et spécialisée dans le développement et la commercialisation d'outils d'aide à la décision pour l'agriculture (viticulture, arboriculture, grandes cultures, élevage) annonce avoir remporté, le 9 juillet dernier, le contrat du projet KILIMO (Kenyan Innovation for Low Impact Maize prOduction) au Kenya, en collaboration avec Airbus Defence and Space (pour son imagerie satellitaire) et portant sur la sécurité alimentaire et la séquestration du carbone dans les sols agricoles en Afrique.

Les deux entreprises sont désormais liées au sein d'un consortium comptant également les experts académiques de l'UMR Eco&Sol (en lien avec l'IRD et le CIRAD, GE-Data, de Toulouse et Washington) et l'entreprise LocateIT à Nairobi.

« Le consortium est porté par ITK et financé sur fonds FASEP (Fonds d'études et d'aide au secteur privé, NDLR) pour un montant supérieur à 800 000 €, précise...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :