Comment le coffre-fort numérique nomade de AllPriv sécurise les télétravailleurs

 |  | 698 mots
Lecture 4 min.
Le boîtier AllPriv permet AllPriv de se connecter à un serveur d’entreprise depuis un ordinateur portable et de manière sécurisée.
Le boîtier AllPriv permet AllPriv de se connecter à un serveur d’entreprise depuis un ordinateur portable et de manière sécurisée. (Crédits : DR)
La startup héraultaise AllPriv vient de lancer la commercialisation de sa solution permettant de se connecter à un serveur d’entreprise depuis un ordinateur portable et de manière sécurisée. Dans un contexte où le télétravail explose et la cybersécurité s'affiche comme un enjeu majeur, son premier marché semble être les États-Unis.

Spécialisée dans la sécurité informatique, AllPriv conçoit et développe le Laptop Personnal Serveur (LPS), un dispositif de sécurisation des données spécialement conçu pour le télétravail. Son boîtier connecté remplace ainsi le serveur interne de l'entreprise, ce qui permet à ses utilisateurs de se connecter à distance à l'infrastructure sécurisée de l'entreprise, de manière simple.

S'il a imaginé cette solution, c'est que Michaël Léal, fondateur et CEO de AllPriv avait lui-même expérimenté un déficit de sécurité autour du transport des données de manière simple et surtout sécurisée.

« J'étais déjà entrepreneur, dans la distribution de consommables informatiques, et mon bureau, c'était mon ordinateur et mon téléphone, raconte-t-il. Mais je transportais données vitales pour moi et j'échangeais des données avec mes clients ou des prestataires via une clé USB qui risquait d'être contaminée en malware... Pour pouvoir protéger les données hors de l'entreprise, la seule solution était d'ajouter des logiciels de sécurité - Token, VPN, Firewall, etc. - ce qui entraîne des pertes de temps pour les travailleurs nomades mais aussi pour les équipes informatiques de l'entreprise. Il y avait un vrai trou dans la raquette en matière de cybersécurité. »

IA et blockchain

En décembre 2015, l'agence de développement économique de la Région Occitanie, Ad'Occ, lui propose une participation au CES de Las Vegas : « Il n'y avait pas encore de société ni de produit, juste une idée autour d'un coffre-fort pour sécuriser les communications et transporter des données de manière sécurisée. J'y suis allé et d'emblée, l'idée a intéressé de grands groupes ».

Il imagine alors une sorte de salle de serveur dans un coffre-fort qui tient dans la main, où l'intelligence artificielle et autres technologies telles que la blockchain, offrent aux utilisateurs nomades une connexion simple et sécurisée.

Fin 2017, Michaël Léal crée AllPriv à Aniane, dans l'Hérault. Son projet est hébergé au Village By CA de Montpellier, accompagné par l'agence Ad'Occ et soutenu par Bpifrance. Trois après, début 2021, la commercialisation de sa solution vient de démarrer, sous le modèle d'un abonnement comprenant le boîtier de connexion.

« Notre solution s'adapte à tout type d'ordinateur, et les équipes informatiques réduisent de 80% le temps de maintenance des flottes nomades, assure le dirigeant. Elle s'adresse initialement aux structures qui possèdent plus de 1.000 laptops. Mais elle répond parfaitement aux besoins qui explosent depuis le début de la pandémie, en raison de la généralisation du télétravail comme nouvelle norme. On se retrouve au bon moment au bon endroit avec la bonne solution pour les travailleurs nomades. »

Les États-Unis d'abord

Aujourd'hui, AllPriv emploie cinq personnes en R&D (trois docteurs et deux ingénieurs) et deux personnes aux États-Unis pour la commercialisation.

« Dès le début du projet, nous avons bénéficié d'échanges privilégiés avec des CISO (Chief information security officer, NDLR) de très grandes structures privées et publiques, notamment aux États-Unis, observe Michaël Léal. Et aujourd'hui, on intéresse surtout les grands groupes américains, une trentaine à ce jour, ainsi que les militaires. »

Le dirigeant vise son premier million de dollars de chiffre d'affaires cette année aux États-Unis : « Tout va vite maintenant, on démarre avec une phase de tests sur une petite flotte d'ordinateurs, avant le déploiement dans un département puis la généralisation dans l'entreprise. On devrait monter à une dizaine de millions de dollars en 2022. Les groupes du monde de la finance, les grosses compagnies d'assurances, les industries et le monde de la pharmacie sont particulièrement intéressés... La problématique cyber et piratage a explosé entre 2019 et 2020. Aujourd'hui, quatre salariés sur dix peuvent télétravailler, soit 8 millions de personnes en France. Mais il y a encore de l'évangélisation à faire sur ce changement de paradigme... Et ce sont les grands comptes qui vont montrer le chemin ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :