Netheos investit sur le "face match" pour sécuriser la souscription à distance

 |  | 822 mots
Lecture 4 min.
Sur le volet de la vérification d'identité à distance, la réglementation européenne impose de nouvelles exigences.
Sur le volet de la vérification d'identité à distance, la réglementation européenne impose de nouvelles exigences. (Crédits : DR)
La RegTech montpelliéraine Netheos, est désormais un tiers de confiance disposant en interne de toutes les technologies exigées pour sécuriser à distance les ventes ou souscriptions à distance : contrôle automatisé des justificatifs, signature électronique et vérification d’identité. L’entreprise crée une filiale dédiée au "face match" et recrute.

Netheos, créée en 2004 à Montpellier et issue du monde de la cybersécurité, est aujourd'hui éditrice de solutions permettant à ses clients (banques, organismes de crédit, assureurs, courtiers, bailleurs sociaux, etc.) de sécuriser la souscription à distance de leur offre. Elle fait partie des RegTech, ces sociétés innovantes proposant aux institutions financières des outils visant à faciliter leur mise en conformité avec les réglementations auxquelles elles sont assujetties.

Dans le contexte sanitaire généré par la pandémie de Covid-19, qui accélère la dématérialisation des échanges, la vérification d'identité et la signature électronique à distance ne sont plus de simples instruments de simplification de la vie administrative, mais une digitalisation nécessaire. Ouvrir un compte bancaire, souscrire une assurance-vie, signer un compromis de vente ou un bail. Tous ces usages encadrés juridiquement imposent des processus de vérification drastiques.

« La crise du Covid, les confinements successifs ou le télétravail ont entraîné des changements d'habitude très nets et augmenté les actions en ligne, observe Olivier Détour, CEO et fondateur de Netheos. Ce qui a changé en 2020 pour nous, c'est l'aboutissement d'une démarche entamée il y a deux ans qui nous a permis de devenir un tiers de confiance global qui développe toutes ses technologies en interne pour toute opération de souscriptions-ventes à distance nécessitant un contrat. Jusqu'à présent, nous avions développé en interne le contrôle automatisé des justificatifs clients, mais nous utilisions des solutions développées par d'autres pour la vérification d'identité et la signature électronique... C'est important car cela nous permet de maîtriser l'expérience client de bout en bout et de créer la preuve numérique de bout en bout. Cela nous a déjà permis de remporter des appels d'offres, comme avec la Banque Postale, une collaboration qui démarrera en juin. »

Une intervention humaine visuelle systématique

Sur le volet de la vérification d'identité à distance, la réglementation européenne a récemment évolué. La technologie en cours depuis plusieurs années permet, grâce aux algorithmes prédictifs et au machine-learning, d'authentifier les documents d'identité fournis par un souscripteur sur la base d'un croisement de données. Mais elle ne suffit plus, l'utilisation de documents authentiques obtenus frauduleusement s'imposant de plus en plus fréquemment. Plusieurs secteurs d'activité sont concernés, comme les banques, les assurances, les organismes de crédit ou les institutionnels comme la CAF, Pôle Emploi, la CPAM ou l'URSSAF.

« L'ANSII (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, NDLR) a défini un cahier des charges en décembre 2020 pour être certifié PVID, c'est à dire prestataire de vérification d'identité à distance, et elle exige deux choses : de la vidéo mais aussi une intervention humaine visuelle systématique, afin notamment de mieux lutter contre le blanchiment », explique Olivier Détour.

"Face match" : lutter contre la fraude documentaire

Afin de limiter le risque d'usurpation d'identité, Netheos vient donc d'ajouter à son arsenal technologique une solution dite de "face match" qui permet d'identifier le propriétaire d'un document grâce à un algorithme de reconnaissance faciale : au cours du processus d'identification, le souscripteur est invité à se filmer, et la vidéo est ensuite automatiquement comparée avec la photo de sa pièce d'identité.

« Pour répondre à la 2e exigence, nous allons créer une filiale qui pilotera une plateforme de lutte contre la fraude, annonce le dirigeant. Nous recruterons une petite dizaine de personnes d'ici fin 2021, localement et parmi des publics peu qualifiés dans une démarche d'insertion. Nous avons créé une formation interne avec des experts de la fraude documentaire. Le travail des salariés de cette filiale sera de vérifier les "face match" de nos clients en quinze minutes, c'est à dire quasiment en temps réel. »

Pourquoi créer cette filiale en France, à Montpellier, alors que certains de ses concurrents installent cette prestation dans les pays de l'est par exemple ?

« Nous formulons le postulat que les banques ou les assurances seront prêtes à payer de 20 ou 30 centimes à 3 euros de plus pour faire cette vérification », répond Olivier Détour.

Une quarantaine de salariés d'ici fin 2021

Aujourd'hui, l'entreprise emploie 30 salariés, dont la moitié travaille sur la R&D. Deux personnes ont été recrutées en janvier 2021, deux autres en mars et le dirigeant prévoit de monter les effectifs à « une petite quarantaine d'ici la fin de l'année ».

« En 2020, nous avons réalisé 70% de croissance, boostés par le Covid, nos nouvelles solutions et de nouveaux clients comme Action Logement Services. Nous allons commencer notre développement en Italie en 2021, qui présente plutôt un marché de PME. Nous y allons via des partenaires, pas encore en direct. Pour travailler en Europe, la condition sine qua none était d'avoir la main sur toute notre chaîne. Aujourd'hui, c'est donc possible. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :