Septeo rachète la proptech Kinaxia (et comment ça s’inscrit dans sa stratégie)

L’empire Septeo s’agrandit. Le groupe montpelliérain, éditeur de progiciels dans les domaines du droit, de l’immobilier et de l’IT, réalise une nouvelle opération de croissance externe en rachetant la pépite sophipolitaine Kinaxia. Une belle prise, la plus importante de son histoire, qui vient compléter le pôle technologique immobilier du groupe, digitalisateur de métiers comme les notaires, les avocats ou les professionnels de l’immobilier.
Cécile Chaigneau

7 mn

Hugues Galambrun, P-dg de Septeo,
Hugues Galambrun, P-dg de Septeo, (Crédits : Septeo)

Depuis sa création, la croissance externe est une stratégie forte du groupe Septeo, éditeur de progiciels dans les domaines du droit, de l'immobilier et de l'IT, installé à Lattes près de Montpellier. Le 28 juin, le groupe annonce le rachat de l'entreprise Kinaxia, basée sur la technopole de Sophia-Antipolis, proptech leader en France de l'expertise immobilière.

Il s'agit, pour Septeo, de sa plus grosse opération de rachat depuis le début de son histoire. Kinaxia emploie 150 salariés et réalise un chiffre d'affaires de près de 20 millions d'euros, pour une croissance annuelle annoncée de 20%. Selon une source bien informée, le montant de l'acquisition est supérieur à 50 millions d'euros...

Septeo, créé en 2013, comptait jusqu'à présent 18 sociétés structurées en quatre pôles d'activités métiers - proposant des outils technologiques à destination des notaires, des avocats, des juristes d'entreprises et des professionnels de l'immobilier - et deux pôles transverses (legaltech et expertises digitales). Également présent en Île-de-France, à Toulouse, Amiens, Lyon et Bordeaux, Septeo emploie près de 1.800 collaborateurs (dont 750 sur son siège social héraultais). Le groupe annonce 120.000 utilisateurs de ses logiciels en France et dans le monde, et prévoit de réaliser en 2021 un chiffre d'affaires de 220 millions d'euros, soit une croissance de 20%.

En novembre 2020, Septeo avait changé de main avec l'entrée majoritaire du fonds britannique Hg à son capital. Les cofondateurs du groupe, Hugues Galambrun, Philippe Rivière et Jean-Luc Boixel, avaient eux aussi remis au pot. Cette prise de participation valorisait le groupe au-delà du milliard d'euros. Objectif affiché : doubler de taille dans les cinq années à venir.

Visionnaire

Fondée il y a plus de dix ans par Édouard Le Goff, Kinaxia développe et commercialise des solutions innovantes en matière d'expertises immobilières. L'entrepreneur avait été visionnaire : à l'origine de Kinaxia, il y a sa conviction que l'aide à la décision allait se développer rapidement dans le secteur immobilier grâce au big data, à l'open data et à l'intelligence artificielle. Son idée, qui germe avant même que les moyens n'existent et que le marché ne soit mature : créer de la valeur à partir de la connaissance du risque, préalable à toute décision immobilière.

Depuis, les technologies se sont développées et le marché est devenu exigeant. Aujourd'hui, Kinaxia propose aux professionnels de l'immobilier des solutions innovantes en matière d'expertises au travers de trois marques. Preventimmo est un leader national des renseignements d'urbanisme en ligne. La solution est aujourd'hui utilisée par plus de 10.000 clients uniques (notaires, diagnostiqueurs, agents immobiliers, etc.) auprès desquels elle délivre plus d'un million de documents chaque année : état des risques et pollutions, notes de renseignements d'urbanisme, certificats et attestations ou encore études spécifiques (constructibilité, concordance cadastrale,...).

CityScan est une solution d'évaluation immobilière nouvelle génération, pionnière de la smart-data : elle permet d'estimer un bien et d'évaluer son environnement grâce à plus de 120 indicateurs partout en France. Un outil bien utile aux professionnels de l'immobilier tout au long du cycle de vente d'un bien pour renseigner (et rassurer) les acheteurs.

Enfin, Copro Expertises accompagne aujourd'hui plus de 250 bailleurs, notaires, syndics ou promoteurs, en leur proposant des solutions dédiées pour la mise en copropriété des bâtiments existants et neufs et pour le suivi de la gestion de parcs immobiliers.

« Un écosystème complet de technologies »

L'arrivée de Kinaxia au sein du Pôle Immobilier de Septeo marque une nouvelle étape dans le développement et la mise à disposition de solutions technologiques au profit des professionnels de l'immobilier. Des synergies seront développées avec les solutions actuelles proposées par le pôle, et Septeo se positionne plus que jamais comme un acteur majeur de la digitalisation du secteur.

« Kinaxia est une pépite !, lance Hugues Galambrun, aujourd'hui P-dg de Septeo. Son expertise, notamment dans la data science, l'intelligence artificielle et les technologies web, ouvre pour notre groupe une ère nouvelle. En intégrant un leader français de la proptech, nous sommes heureux de proposer un écosystème complet de technologies au service des professionnels de l'immobilier. En proposant le meilleur des solutions en matière d'expertise immobilière, Septeo va offrir des opportunités nouvelles, adaptées à la transformation digitale que vivent l'ensemble de nos clients du monde de l'immobilier. »

Kinixia restera implantée à Sophia-Antipolis, l'ensemble des salariés sont repris par Septeo dans le cadre de l'opération de rachat, et Édouard le Goff garde les commandes opérationnelles de la société. L'entrepreneur se félicite de l'opération de rachat : « Nous renforçons aujourd'hui un partenariat déjà engagé avec le groupe Septeo en 2019 sur le marché des notaires. Nous sommes fiers de faire grandir Kinaxia en rejoignant un acteur majeur du logiciel métier français. Grâce à l'expertise de Septeo sur le marché de l'immobilier et en y apportant notre savoir-faire technologique, nous ouvrons une nouvelle voie pour tous les acteurs de l'immobilier ».

Une stratégie d'acquisitions et de R&D

Cette nouvelle acquisition s'inscrit dans une stratégie bien rodée de Septeo. Ces dernières années, après avoir consolidé le marché de l'administration de biens en 2018 et 2019 (rachat de SPI et de La Gestion Intégrale), Septeo a racheté, en 2020, trois startups du milieu du droit : Eficio (logiciels utilisés par les grands cabinets d'avocats et directions juridiques), Softlaw (start-up parisienne spécialisée dans l'IA dédiée aux professions du droit) et Gestisoft (logiciel de gestion de cabinet pour avocat sur mesure).

En 2021, c'est le Bordelais Modelo, que rachetait le groupe, entreprise leader de la rédaction d'actes en ligne à destination des professionnels de l'immobilier et présente dans 14.000 agences (dont la quasi-totalité des réseaux d'importance nationale, parmi lesquels Orpi, Guy Hoquet, Foncia, Century 21, Stéphane Plaza Immobilier, Nestenn ou Laforêt).

« Nous avons une stratégie, et nous investissons entre 30 et 50 millions d'euros par an », indique Hugues Galambrun.

Autre pôle important d'investissement, la R&D : « Nous investissement plus de 20 millions d'euros par an, et nous avons 250 ingénieurs qui ne font que ça. C'est vital car on est dans un environnement où on est obligé d'avancer plus vite que les autres. Nos concurrents sont anglo-saxons, américains, chinois... L'entrée au capital de Hg, c'est aussi se donner les moyens de nos ambitions du point de vue technologique car on doit avancer massivement dans l'IA ou le cloud souverain ».

De 5 à 40 millions d'euros sur l'immobilier

La crise sanitaire du Covid-19 n'a pas affecté le groupe, comme l'explique Hugues Galambrun : « Notre business étant la digitalisation, nous avons plutôt connu une accélération, avec une croissance de 20%. Nous avons un taux de pénétration du marché de 70% chez les notaires. Au printemps 2020, nous avons mis au point et permis la signature électronique en trois semaines car avec le confinement, les ventes immobilières étaient à l'arrêt. Même chose chez avocats : nous avons équipé plus de 500 cabinets en 2020. Quant à l'immobilier, nous faisions 5 millions d'euros de chiffre d'affaires il y a deux ans, et nous ferons plus de 40 millions d'euros fin 2021 ».

A la mi-juin, Septeo annonçait un plan de recrutement de 400 personnes en 2021, sur l'ensemble de ses métiers : commerciaux, managers d'équipes, conseillers client, développeur, testeur, scrum master, formateurs, clerc de notaire, technicien informatique, mais aussi dans les fonctions supports (chargé de facturation, approvisionneur, chargé de planning, etc.). Plus de la moitié des postes sont à pourvoir au siège du groupe, à Montpellier.

Dans son ambition de faire doubler Septeo de taille dans les cinq années à venir, Hugues Galambrun avance sur deux pieds : la croissance organique parce que la digitalisation en marche dans de nombreux métiers ne fera qu'accélérer, et la croissance externe parce que c'est un peu (beaucoup) l'ADN de Septeo.

« Nous pouvons ouvrir d'autres pôles verticaux sur d'autres métiers car nous savons le faire », projette le dirigeant.

Cécile Chaigneau

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.