Comment New Times veut transformer les moteurs thermiques en moteurs à hydrogène

A Ales, l’entreprise New Times développe depuis trois ans une technologie brevetée destinée à transformer les moteurs thermiques en moteurs à hydrogène. Cette innovation vient de bénéficier d’une subvention de la Région Occitanie, pour soutenir la sortie du premier prototype à l’été 2022, avant un lancement commercial à l’horizon 2023.

2 mn

L’entreprise gardoise New Times développe une technologie brevetée destinée à transformer les moteurs thermiques en moteurs à hydrogène.
L’entreprise gardoise New Times développe une technologie brevetée destinée à transformer les moteurs thermiques en moteurs à hydrogène. (Crédits : New Times)

Le bureau d'études alésien (Gard) New Times est spécialisée depuis 24 ans dans les programmes informatiques et la R&D, principalement pour des entreprises industrielles et des biotech. Son dirigeant et fondateur Didier Lopez annonce la sortie, à l'été 2022, du premier véhicule équipé de leur dernière innovation : un moteur à hydrogène.

« Nous travaillons depuis trois ans sur un système de conversion d'un moteur thermique en moteur à hydrogène, indique Didier Lopez. L'objectif est de réduire les émissions et pollutions générées par les moteurs à hydrocarbures. C'est une solution pour transformer le milliard de véhicules thermiques en circulation dans le monde. Pour cela, nous apportons des modifications uniquement sur le bloc moteur et sans charger le poids du véhicule. »

300 km d'autonomie

Avec cette technologie, les véhicules bénéficient en moyenne d'une autonomie de 300 km, avant d'avoir besoin de faire un plein d'hydrogène « qui prendrait quelques minutes sur le modèle du GPL », précise le dirigeant.

« Bien sûr le développement doit aller de pair avec le déploiement de bornes de recharges adaptées sur le territoire, c'est pour cela que nous nous inscrivons dans le plan national et régional sur l'hydrogène », ajoute-t-il.

La Région Occitanie vient d'ailleurs d'attribuer une subvention innovation à New Times à hauteur de 141.291 euros, pour lui permettre de monter le premier véhicule-prototype sur le pôle mécanique d'Alès. Didier Lopez veut présenter ce prototype dès cet été, avant de s'attaquer au marché fluvial en proposant d'adapter le moteur sur des petits bateaux, puis sur des poids lourds.

Clientèles cibles

« Notre clientèle cible sont les constructeurs, les chantiers navals ou encore les chaînes de garagistes, précise le dirigeant. On envisage aussi la possibilité de faire du co-développement selon les besoins d'un client, et de proposer nos licences. »

L'entreprise pourrait initier une levée de fonds entre « deux et trois millions d'euros », pour lancer la commercialisation dès la fin de l'année. Didier Lopez vise un millions d'euros de chiffre d'affaires dès 2024 et dix millions d'euros à l'horizon 2027.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.