1001pharmacies.com lève 600 000 €

 |   |  494  mots
La start-up lunelloise, qui permet aux pharmaciens de vendre sur Internet, poursuit son développement. Elle compte signer avec 700 partenaires d'ici fin 2013. Et table sur la libéralisation de la vente en ligne de médicaments non soumis à prescription dès le 1er avril 2013.

Basée à Lunel (34) dans les locaux de la pépinière d'entreprises innovantes Via Innova, la société eNovaSanté, qui gère le site 1001pharmacies.com, vient d'annoncer la levée de 600 000 €, grâce au soutien de diverses personnalités, dont Marc Adamowicz, fondateur et PDG de Happyview.fr, le premier site de vente de lunettes sur Internet.

Les moyens ainsi dégagés serviront d'abord à l'embauche de huit commerciaux, à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et Montpellier.

« Nous ne souhaitons pas travailler avec des agents multicartes mais construire notre propre réseau de collaborateurs formés par nos soins, explique Cédric O'Neill, PDG et cofondateur de la jeune start-up. Car nous voulons pouvoir accompagner les pharmaciens partenaires sur la durée, par exemple dans l'utilisation de notre plateforme ».

1001pharmacies.com, qui se rémunère grâce à une commission de 10 % sur chaque transaction réalisée par son intermédiaire ainsi que par un abonnement mensuel de 149 € par officine partenaire, envisage également de renforcer sa notoriété et son image de marque auprès des pharmaciens et des internautes grâce la publicité sur Internet et à une présence accrue dans les salons pharmaceutiques ainsi que sur les réseaux sociaux.


« Nous misons aussi beaucoup sur le développement de notre blog qui nous permet de proposer du conseil, de nous faire connaître et de générer des ventes, précise Cédric O'Neill. Pour ce mois de février, nous y attendons 80 000 visiteurs ».

La start-up table sur 500 à 700 pharmacies partenaires d'ici la fin 2013, contre une quarantaine actuellement. Et prévoit, pour l'année, un volume de ventes de l'ordre de 3 à 5 M€.

« L'engouement existe, se réjouit Cédric O'Neill, lui-même pharmacien de formation. À Paris, où le retrait en officine fonctionne mieux que la livraison à domicile, on constate que les internautes n'hésitent pas à changer d'arrondissement pour se rendre dans une pharmacie partenaire ! »

Pour se développer, 1001pharmacies.com, qui se limite pour l'instant à la parapharmacie, compte aussi sur la libéralisation de la vente en ligne de médicaments non soumis à prescription médicale, autorisée à compter du 1er avril 2013 en vertu de l'ordonnance du 19 décembre 2012 adoptée par décret le 31 décembre 2012 et renforcée par la décision du Conseil d'État du 14 février 2013.

Cependant, cette ouverture aiguise d'autres appétits, dont ceux du groupe E. Leclerc. Des ambitions qui inquiètent Cédric O'Neill.

« Aujourd'hui, du laboratoire à la pharmacie, la chaîne de distribution des produits médicaux est parfaitement contrôlée et notre filière est la moins touchée par les contrefaçons, souligne-t-il. Or, de par la volumétrie des stocks gérés par la grande distribution et le type d'entrepôts qu'elle utilise, les contrôles risquent de perdre en efficacité ».

Mathieu Bouchard


Lire également :
1001pharmacies.com crée le 1er site de vente en ligne pour pharmaciens

Légende : les co-fondateurs de 1001pharmacies.com
Crédit photo : 1001pharmacies.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :