15 000 salariés accompagnés par le Fongecif en 2013

 |   |  343  mots
Selon une étude sur l'impact du Congé individuel de formation en région, dévoilée le 22 avril par Gilles Razat, directeur du Fongecif LR, le dispositif ouvre la formation professionnelle d'abord aux salariés peu qualifiés, mais aussi aux femmes.

Au total, ce sont 775 personnes qui ont répondu à l'enquête lancée par le Fongecif et dont les résultats ont été publiés le 22 avril 2014.

Ce nombre de réponses correspond à 50 % des personnes interrogées, selon les dirigeants du Fongecif dont dépendent 78 % des salariés du privé en région Languedoc-Roussillon.

« En 2013, nous avons accueilli, informé et accompagné 15 000 salariés, et financé 1 709 de leur projets, pour 23 M€, indique Raymond Hugues, le président du Fongecif. Nous avons collecté 18 M€ auprès des entreprises partenaires, et 7 M€ ont été abondés par le FSE ou le Conseil Régional, et encore d'autres fonds. »

L'enquête régionale a permis de mettre en évidence certains effets du CIF sur l'emploi. En tout premier lieu, le CIF ouvre la formation professionnelle en priorité aux salariés peu qualifiés (65 % sont de niveau bac et inférieur), mais également aux femmes.

« Au plan national, on a l'habitude de dire que la formation ne bénéficie qu'aux hommes et cadres des grandes entreprises ; s'agissant du CIF, et avec 52 % de femmes concernées, nous sommes aux antipodes de tout ceci », constate Frantz Fougeres, le vice-président du Fongecif.

Autre aspect abordé par l'étude, l'employabilité des personnes en CDD : après un an de formation, 36 % d'entre elles accèdent à un CDI.

Par ailleurs, 80 % des personnes (contre 84 % en 2009) ayant bénéficié d'un CIF CDI, restent en situation d'emploi, un an après la fin de leur formation. Le CIF permet également à 12 % des personnes d'accéder à la création d'entreprise.

« Le CIF permet également d'accroitre la reconnaissance professionnelle, puisque la formation est sanctionnée par un diplôme, et que dans la grande majorité des cas (60 %), le niveau de qualification obtenu est supérieur à la formation initiale », indique Gilles Razat, directeur de la structure régionale, qui emploie 9 conseillers pour répondre aux demandes des salariés nourrissant un projet de reconversion ou de formation professionnelle.

Amandine Ascensio

Lire également :
Fongecif : 30 ans d'accompagnement dans la formation des salariés

Légende : Gilles Razat
Crédit photo : Fongecif


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :