Antigone 34 : l'espoir de retombées économiques

 |   |  560  mots
Avec un budget de 450 000 €, la société de production indépendante Mascaret pose ses valises à Montpellier pendant six semaines pour filmer une série policière.

Cela faisait deux années que l'association Languedoc-Roussillon Cinéma travaillait pour la venue de la série télévisée Antigone 34. C'est fait !

L'équipe de tournage débarque à Montpellier le lundi 14 février 2011 prochain pour une durée de six semaines au cours desquels 3 épisodes pilotes seront tournés.

Pour cette série, le Conseil régional a attribué une subvention de 100 000 € en partenariat avec le Centre national de la cinématographie (CNC). La Ville met à disposition des locaux techniques et un soutien logistique et l'Agglo offre une aile de son siège pour la reconstitution d'un commissariat central.

Potentiellement, la production a budgétisé son séjour à Montpellier à hauteur de 452 809 €.

Selon Fanny Dombre-Coste, adjointe au maire de Montpellier et présidente de l'office de tourisme, 1 200 nuitées ont déjà été réservées dans l'hôtellerie montpelliéraine.

Sur ce budget, 200 000 € seraient consacrés au défraiement, hôtels, transports, repas et locations de voiture. Plus de 50 000 € seront dédiés aux décors, locaux, studios de tournage.

Et enfin, une enveloppe de 200 000 € devrait être consacrée aux dépenses de personnel, autrement dit dans l'embauche. Une vingtaine de comédiens et une vingtaine de techniciens, intermittents du spectacle, devraient être recrutés sur ce téléfilm ainsi qu'une bonne centaine de figurants.

« Le but étant que l'équilibre entre les dépenses soit respecté et que le secteur touristique ne soit pas plus avantagé que l'emploi culturel, capital dans notre région », souligne Marin Rosenstiehl, responsable de l'accueil des tournages à la commission du film de Languedoc-Roussillon-Cinéma.

antigon

Pour l'heure, la société de production indépendante Mascaret, qui a dernièrement fait le buzz sur internet en sortant une série de « webisodes » Addicts, ne se prononce pas sur le nombre exact d'embauches mais précise :

« Nous essayons de faire travailler les gens en fonction de leurs disponibilités et de leurs compétences. Mais nous avons du mal à trouver toutes les compétences sur place, comme c'est le cas dans beaucoup de régions. Il ne faut pas oublier que cela nous coûte plus cher de tourner à Montpellier qu'à Paris. Notre succès dépend aussi des aides que nous recevons. »

Évidemment, face à un succès comme celui de la série Plus belle la vie à Marseille diffusée sur France 3 depuis sept ans, la barre est placée haute. Plus de 200 emplois ont été générés mais au prix d'une aide colossale de la mairie à hauteur de 500 000 € par an pendant 5 ans, montant total comprenant l'aide financière et la mise à disposition de locaux. Une aide à la logistique et un soutien technique sont encore en cours.

« Bien sûr qu'un succès pareil est enviable. Nous avons beaucoup d'ambition pour Antigone 34, assure Bénédicte Lesage, co-dirigeante de la société de production Mascaret. Mais elle n'a rien à voir avec le style de Plus belle la vie et ne sera pas diffusée à la même heure. »

La livraison de la série est prévue en juillet 2011 à France Télévisions qui aura 18 mois pour la diffuser avant d'en perdre les droits.

Ysis Percq


Légende : le quartier d'Antigone, lieu de tournage de la série
Crédit photo : Christine Caville


Légende: Anne Le Nen, Bruno Todeschini et Claire Borotra.

Crédit photo: Stéphane de Bourgies / Mascaret Films 2011

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :