Barcarès épinglée par la Cour des comptes

 |   |  167  mots
La station littorale est un exemple à ne pas suivre sur la gestion des sociétés d'économie mixte. C'est ce qui ressort du dernier rapport national de cette juridiction financière.

Garants de la bonne utilisation de l'argent public, les sages de la cour des comptes ont notifié une confusion totale entre la commune de Barcarès et ses deux satellites, la Semeta chargée de l'aménagement et du développement (mais qui n'a pratiquement plus d'activité aujourd'hui) et Promaba mise sur pied pour assurer la promotion touristique de la station. Ils relèvent de nombreuses irrégularités dans le fonctionnement des deux sociétés, dans leurs dépenses, la gestion de personnel et la tenue de la comptabilité. Une situation critiquable qui a pu perdurer, « faute de mécanisme d'alerte et de contrôles efficaces ». La commune s'est engagée à dissoudre la Promoba et à réintégrer les dépenses au sein de l'office municipal du tourisme. Ce dont a pris acte la cour des comptes qui fait remarquer, avec cette affaire, les risques encourus par les collectivités au titre de la gestion des organismes d'économie mixte qui leur sont rattachés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :