Brussels Airlines ouvre une ligne au départ de Montpellier

 |   |  296  mots
L'aéroport de Montpellier Méditerranée a annoncé le 24 janvier l'ouverture d'une nouvelle ligne Montpellier-Bruxelles. La liaison sera assurée par Brussels Airlines, une filiale du groupe allemand Lufthansa.

La nouvelle ligne entre Montpellier et Bruxelles ne sera assurée que du 24 juin au 13 septembre 2014, pour la saison estivale avec trois vols hebdomadaires, respectivement le mardi, le jeudi et le samedi.

« La période estivale étant celle où le nombre de passagers s'accroit, il s'agit d'une sorte de phase test : si le remplissage des avions (des Airbus A319, de 141 sièges, NDLR) est satisfaisant, alors la ligne pourrait être instaurée toute l'année », précise-t-on à l'aéroport de Montpellier.

La liaison sera opérée par Brussels Airlines, une nouvelle compagnie filiale du groupe Lufthansa « vient confirmer l'intérêt pour le marché belge de la destination Montpellier et Languedoc et au-delà, l'intérêt de Star Alliance, qui regroupe d'ores-et-déjà trois marques sur l'aéroport, pour notre territoire », indique un communiqué de l'aéroport.

Pour le terminal de Montpellier, cette nouvelle compagnie vient nourrir la stratégie de développement de la desserte locale. D'une part, des correspondances seront proposées vers l'Europe du Nord et quelques villes d'Afrique via le réseau de Brussels Airlines.

D'autre part, cette nouvelle offre complète le nombre de destinations européennes depuis Montpellier, ouvertes à l'été 2014 : à compter du 30 mars, la compagnie Easyjet desservira trois fois par semaine l'aéroport de Bâle-Mulhouse ; Düsseldorf sera accessible à compter du 12 avril, une fois par semaine (deux vols hebdomadaires dès le 18 mai) via German Wings.

« Rome et Copenhague sont deux destinations qui s'ouvrent via Easyjet et SAS Scandinavian. Elles étaient déjà proposées par d'autres compagnies : il s'agit d'une mise en concurrence », explique-t-on à l'aéroport de Montpellier.

Chacune de ses lignes est ouverte en phase test pour l'été : si le trafic estival est porteur, elles pourraient être pérennisées sur l'hiver.

Amandine Ascensio

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :