Carrefour et Sud de France favorisent les producteurs locaux

 |   |  393  mots
Le 25 mars, Carrefour et Sud de France ont organisé pour la première fois un salon des produits régionaux, à Montpellier. Objectif : faire se rencontrer acheteurs de l'enseigne Carrefour et producteurs locaux.  

Les consommateurs sont de plus en plus demandeurs de produits locaux et régionaux. Sur la base de ce constat, l'enseigne Carrefour et Sud de France ont organisé, le 25 mars dernier au parc des expositions de Montpellier, un salon où se sont retrouvés 141 entreprises de produits agroalimentaires et viticoles du Languedoc-Roussillon et 140 représentants des 11 hypermarchés et 20 supermarchés Carrefour de la région et des régions voisines.

Une première qui fait suite à une journée organisée dans le même esprit, mais de moindre ampleur, en novembre dernier au sein même du Carrefour de Lattes (34).

« Nous revenons à plus de proximité et nous nous recentrons sur la relation avec le monde local, déclare Jean-Luc Boussin, directeur régional Languedoc-Roussillon du groupe Carrefour. Il faut savoir que les produits locaux représentent 5 % du chiffre d'affaires des produits de grande consommation, et ce chiffre est en progression. »

La nouvelle politique du groupe, initiée par le P-dg Georges Plassat à son arrivée en avril 2012, a mis un terme à l'hyper-centralisation et favorise cette démarche d'implantation des produits régionaux dans les linéaires de l'enseigne.

Outre les directions de magasins, les producteurs locaux ont pu rencontrer les acheteurs du groupe, chefs de secteurs et différents représentants.

« Sud de France est un partenaire de l'enseigne depuis longtemps, ajoute Jean-Luc Boussin. Les entreprises d'ici ont besoin d'un passe pour ouvrir les portes d'un groupe comme Carrefour, et cette rencontre permet de mettre un visage, un packaging, une histoire derrière un produit. »

« Nous sommes ici car nous ciblons la grande distribution pour nos produits », commente Laure Vidal, porteuse du projet « Il était un fruit », une petite entreprise en phase de création à la pépinière Via Innova de Lunel. La jeune femme, qui est arrivée avec des packaging déjà finalisés, ambitionne la mise en rayon de fruits déshydratés pour répondre aux petits creux chez les femmes et aux goûters chez les enfants. Son objectif : traiter 1 000 tonnes de fruits par an en provenance des producteurs locaux, pour produire 2 millions d'unités de vente. Et avoir sa propre usine de transformation d'ici à 2015.

Cécile Chaigneau

Lire également :
Extension du centre commercial de Claira

Légende : Il s'agissait de la 1e édition de ce salon, qui a attiré 141 producteurs locaux

Crédit photo: Edouard Hannoteaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :