De nouvelles destinations autour des grands sites ?

 |   |  552  mots
Le 24 avril, Objectif a réuni une centaine de professionnels pour un Club de l'éco dédié au tourisme. Retrouvez la vidéo du débat, centré sur l'émergence de nouvelles destinations autour des Grands Sites en Languedoc-Roussillon.  

Pour réfléchir au renouvellement de l'offre touristique en région, Louis Villaret, président du réseau des Grands sites de France et de l'agence de développement touristique Hérault Tourisme, Michael Couzigou, le directeur des Arènes de Nîmes et de Culturespaces, Philippe Darcissac, fondateur de la société Zooomez et Gaëlle Velay, directrice régionale de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), étaient réunis autour de la table-ronde organisée par Objectif Languedoc-Roussillon, le 24 avril à l'Hôtel Pullman de Montpellier, animé par Idelette Fritsch, rédactrice en chef du magazine Vent Sud.

Avec un constat de départ : une clientèle plus exigeante et un besoin de montée en gamme immédiat, d'autant que les pays voisins concurrencent sans vergogne la France, pourtant première destination au monde, mais troisième sur le podium des recettes issues du tourisme, selon Louis Villaret.


« L'offre de la Mission Racine des années 1970, qui misait sur le tout littoral a vieilli, diagnostique Gaëlle Velay, à propos du Languedoc-Roussillon. La mer ne suffit plus : elle doit être mise en réseau, avec le reste du territoire. Il est impossible de manquer l'amorçage de ce virage de la qualité. »

L'idée est partagée, à condition que l'offre proposée ne soit pas noyée par la multiplication des structures dédiées au tourisme. Un constat que fait Philippe Darcissac : « Il faut savoir où trouver la bonne information pour organiser son séjour », déclare-t-il.

Sa société propose une carte interactive et collaborative, sur le modèle du data sourcing, où sont répertoriés des accès virtuels au large patrimoine régional.

« Aucune région n'est aussi variée que le Languedoc-Roussillon en matière de patrimoine culturel et naturel : il faut mettre ces atouts en valeur », rajoute Philippe Darcissac.

Pourtant, impossible d'attirer des visiteurs si l'on ne fait pas vivre l'offre touristique, notamment grâce au marketing touristique, ou encore l'évènementiel, comme le suggère Michael Couzigou.

« En organisant des reconstitutions historiques dans les Arènes de Nîmes, nous avons réussi à faire venir des milliers de personnes », souligne-t-il.

Autre volet de préoccupation : la formation au tourisme. « Les Grands Sites ont le label pour six ans, qui attire du monde, mais encore faut-il pouvoir assurer l'accueil sur ces sites-là », remarque Louis Villaret.

En pôle position de la formation indispensable : l'apprentissage des langues étrangères, où bien souvent, la France est à la traine par rapport à ses voisins européens.

« Nous employons souvent des jeunes européens sur nos sites, qui parlent, eux, plusieurs langues, ce qui n'est pas notre cas, en France. », souligne Michael Couzigou.



Amandine Ascensio

Voir également :
La vidéo du Club de l'éco tourisme 2013 avec Yelloh! Village, le groupe Bancarel et le cabinet Protourisme

Légende : Philippe Darcissac, fondateur de la société Zooomez ; Louis Villaret, président du réseau des Grands sites de France et de l'agence de développement touristique Hérault Tourisme ; Gaëlle Velay, directrice régionale de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) ; Michael Couzigou, directeur de Arènes de Nîmes et de Culturespaces ; Pierre Charvet, directeur artistique du Festival Radio France ; Idelette Fritsch, rédactrice-en-chef de Vent Sud.
Crédit photo : Christine Caville

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :