IFreightMED, un programme pour booster le fret multimodal

 |   |  462  mots
La CCI Languedoc-Roussillon, Perpignan Méditerranée et le Pôle Saint-Charles vont participer au programme IFreightMED-DC, présenté le 25 juin à Perpignan. Objectif : lever les obstacles au développement du fret multimodal en Méditerranée.

La CCI Languedoc-Roussillon, Perpignan Méditerranée Communauté d'agglomération (PMCA) et le Pôle Economique Saint-Charles de Perpignan ont répondu positivement à la proposition de la Generalitat de Catalogne de participer à IFreightMED-DC.

Présenté lors d'une conférence commune organisée à Perpignan le 25 juin, ce programme, d'un budget de 2,6 M€, financé à 75 % par l'Europe, a pour but de développer le fret intermodal et ferroviaire sur l'arc méditerranéen.

Jusqu'en juin 2015, plusieurs groupes de travail constitués de représentants des collectivités et des professionnels et situés dans cinq régions européennes (Catalogne, Languedoc-Roussillon, Ligurie en Italie ainsi que deux régions en Slovénie et Croatie), vont plancher sur les problématiques qui font actuellement obstacle au fret.

« Nous allons questionner une cinquantaine d'acteurs de la logistique, pour comprendre quel est leur diagnostic sur les blocages actuels », explique la vice-présidente de PMCA, Annabelle Brunet.

« 95 % des volumes qui arrivent au port de Barcelone partent ensuite par la route, seuls 5 % sont traités par le fret, précise le président de PMCA, Jean-Paul Alduy. De même, le chantier de transport combiné rail-route de Saint-Charles, dans lequel nous avons investi 40 M€, ne traite que 15 000 caisses, quand il en faudrait au moins 95 000 ! L'initiative de la Generalitat de Catalogne, de réaliser une étude des blocages, est essentielle dans ce contexte. »

« Aujourd'hui environ 30 % du trafic en provenance d'Asie passe par la Méditerranée, 70 % par les ports du nord, précise le président de la CCI Languedoc-Roussillon, Bernard Fourcade. Le port de Barcelone a pour ambition d'en capter au moins 50 %. Ces flux sont d'une importance vitale pour le Languedoc-Roussillon. Il était urgent de réagir. »

L'enquête qui va être réalisée a pour but, à terme, de déboucher sur un lobbying commun des acteurs de ces cinq régions européennes à Bruxelles.

« Ce n'est pas une étude de plus à ranger sur une étagère, assure Jean-Paul Alduy. Cela devrait nous permettre de proposer des actions qui puissent émarger aux subventions européennes. N'oublions pas que l'Europe débloquera 27 M€ à compter du 1er janvier 2014 pour ces sujets. Et dans ces cas-là, les premiers arrivés sont les premiers servis. »

Les acteurs économiques, eux, se disent prêts à développer le fret.

« Si on nous propose des sillons, c'est à dire des conditions et des horaires intéressants, nous sommes prêts à passer de 200 000 à 500 000 tonnes de fret dès la première année », assure le président de la plate-forme d'éclatement de fruits et légumes de Perpignan Saint-Charles International, Georges Jordan.

Fanny Linares

Lire également :
Saint-Charles : le transport combiné bientôt relancé ?

Légende : Le chantier de transport combiné rail-route de Saint-Charles, à Perpignan, traite 15000 caisses, là où il devrait en traiter 95000 a minima.
Crédit photo : PMCA


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :