Immobilier : inquiétudes sur le marché du neuf

 |   |  414  mots
Présidée jusqu'au 18 juin par Philippe Ribouet, la Fédération des promoteurs immobiliers vient de tirer le bilan du 1er trimestre 2012 : en Languedoc-Roussillon comme au niveau national, l'activité est en repli.

Le dernier trimestre de l'année 2011 aura été l'embellie avant la tempête pour la promotion immobilière...

Au niveau national, les ventes enregistrées par les promoteurs immobiliers ont chuté de 25 % au 1er trimestre 2012 par rapport au 1er trimestre 2011, concomitamment à une hausse de 4,4 % des prix moyens de vente.

En Languedoc-Roussillon, la tendance épouse la même courbe.

Le coup de rabot sur le taux de réduction d'impôt du dispositif Scellier, passé de 22 à 13 %, et les modifications de zonage, ont eu raison de certains investisseurs.

« On ne produit pas suffisamment de logements, et on reste donc sur un marché de pénurie », précise Philippe Ribouet, président de la Fédération des promoteurs immobiliers Languedoc-Roussillon (FDI-LR).

La région de Montpellier tire son épingle du jeu, avec une baisse de 16 % des ventes (667 contre 795 au 1er trimestre 2011) et une stabilité des prix à 3 756 €/m².

Les ventes de l'agglomération ont chuté de 20 %, et celles de Montpellier de 35 %.

La part des investisseurs est également en repli, passant de 69 à 50 % sur la région montpelliéraine.

La région de Sète a bouclé un mauvais 1er trimestre (- 71 %), avec des prix stables à 3 509 €/m² (+ 3 %), et une part des investisseurs importante (80 %), mais « on devrait quand même finir l'année à 350-400 ventes, soit la moyenne habituelle », rassure Philippe Ribouet.

C'est dans le Gard, l'Aude et les Pyrénées-Orientales que l'effondrement des ventes est le plus flagrant.

La région de Nîmes affiche une baisse de 69 % et une augmentation des prix de 7 % (3 211 €/m²), et la FDI-LR annonce un risque de retrait et d'opérations qui ne sortiront pas.

À Perpignan, les ventes ont chuté de 74 % pour un prix stable à 2 979 €/m², et la part des investisseurs est tombée de 72 à 19 %.

Même dégringolade à Narbonne (81 % de ventes en moins), et une augmentation des prix de 2 995 à 3 211 €/m².

Seul Béziers fait exception à la règle, sans que Philippe Ribouet n'y trouve d'explication : les ventes ont bondi de 55 % (158 au 1er trimestre 2012, contre 102 au 1er trimestre 2011), les prix de 13 % (3 335 €/m²), et la part des investisseurs reste stable à 82 %.

Philippe Ribouet cédera son poste le 18 juin prochain, lors des prochaines élections internes à la FPI.

Deux candidats sont en lice pour le poste de président de la FDI-LR : Xavier Bringer (directeur de CA Monné Decroix, et actuel trésorier) et Alain Penchinat (directeur des Villégiales).

Cécile Chaigneau

Source : Adéquation

Légende photo : Philipppe Ribouet, président de la Fédération des promoteurs immobiliers du Languedoc-Roussillon.

Crédit photo : Christine Caville


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :