Jeu de Paume : Manoukian mis sur la touche ?

 |   |  718  mots
La Ville de Montpellier devrait annoncer, dès aujourd'hui, lundi 19 mars 2012, la mise à l'écart d'Alain Manoukian, chargé en 2009 du volet commercial du projet de requalification du boulevard Jeu de Paume.

La Ville de Montpellier, lors d'un point presse prévu ce jour, à 15 h, devrait confirmer sa volonté de donner un nouvel élan au projet de requalification du boulevard Jeu de Paume.

Le 9 octobre 2009, la Ville de Montpellier lançait officiellement ce projet, prévoyant la piétonisation du boulevard (effective depuis le 12 mars 2012 entre la rue Marceau et la place Edouard Adam), la mise en route des lignes 3 et 4 du tramway (prévue le 7 avril 2012), la création de 2 000 places de parking supplémentaires, et l'implantation de grandes enseignes, notamment tournées vers le haut de gamme.

esquisse%20Manoukian-1

Sur ce dernier volet, la Ville avait misionné la Financière Saxe, dirigée par l'investisseur Alain Manoukian, pour commercialiser le projet auprès d'enseignes qui ne sont pas encore présentes à Montpellier.

« Il est anormal que la clientèle doive se rendre à Marseille ou Toulouse pour trouver une véritable offre haut de gamme, affirmait Alain Manoukian, en octobre 2009. Notre ambition est de faire la plus belle avenue de la région. Les gens trouveront, sur la partie gauche du boulevard, une offre moyenne avec de grosses locomotives commerciales. Ce sera un panachage d'enseignes nouvelles à Montpellier, et pas exclusivement dans la mode. Nous allons ouvrir de 50 à 60 magasins, soit 400 à 500 nouveaux emplois. »

Depuis, aucune des enseignes évoquées plus ou moins officiellement (Prada, Uniqlo...) n'a confirmé son intention de s'installer à Montpellier.

Aussi, la Ville de Montpellier serait désormais à la recherche d'un nouvel opérateur pour conduire ce projet de commercialisation, impliquant de facto à la mise en retrait d'Alain Manoukian.

« Le projet se poursuit, mais avec une part plus importante de la SERM dans le pilotage, indique Thierry Laget, directeur général de la Société d'équipement de la région montpelliéraine (SERM). Ce ne sera plus seulement Manoukian. Il faut trouver un opérateur unique pour une gestion globale du projet, et pour le dynamiser. »

Interrogé par Objectif Languedoc-Roussillon, Michaël Delafosse, adjoint au maire de Montpellier en charge de l'urbanisme, confirme cette orientation :

« Manoukian ne sera plus présent que pour une mission d'accompagnement. Nous allons vers le choix d'un nouvel opérateur. »

Anthony Rey

Retrouvez bientôt sur objectif-lr.com plus d'informations concernant le projet de requalification du Jeu de Paume.

À lire également :
Le projet Manoukian officiellement lancé

Légende : Alain Manoukian, lors du lancement officiel du projet en octobre 2009.
Crédit photo : Christine Caville

MAJ du 19 mars à 18h: La Ville crée une société d'investissement pour le Jeu de Paume

La Ville de Montpellier a annoncé, lors d'un point presse organisé ce jour, lundi 19 mars 2012, avoir dénoncé de façon amiable la convention liant la SERM et Alain Manoukian, dans le cadre du projet de requalification du boulevard du Jeu de Paume.


"Face à la lenteur de la mise en place du projet et aux incompréhensions qu'il soulevait, il est apparu nécessaire de reprendre la procédure, déclare Marc Dufour, adjoint à l'urbanisme commercial. C'est une volonté politique de la Ville de mieux identifier ce projet afin de rendre le boulevard à ses habitants, d'attirer des enseignes fortes pour compléter l'offre commerciale du centre-ville, et d'aider les commerçants, sans les contraindre sur quoi que ce soit."


Par conséquent, la Ville de Montpellier a choisi de créer une société d'investissement, dite "société de projet", associant plusieurs investisseurs institutionnels, dont la SERM et la Caisse des dépôts. Elle sera mise en place dans les prochaines semaines.


Elle sera chargée de conduire les négociations à l'amiable avec les propriétaires actuels des pieds d'immeubles sur le Jeu de Paume, pour faire l'acquisition des murs et le portage foncier.


La structure sera ouverte aux investisseurs et commerçants locaux, "souhaitant demeurer le long de cet axe", précise Marc Dufour.


Le nom des autres actionnaires et la répartition du capital de la société de projet n'ont pas été dévoilés.


"Une fois le mécanisme engagé, les investisseurs privés pourront se substituer aux institutionnels, car cette société n'a pas vocation à perdurer dans le temps", précise Jules Nyssen, directeur général des services de la Ville.


Questionné sur l'implication d'Alain Manoukian, Marc Dufour rajoute, sans guère d'enthousiasme: "S'il souhaite rester dans ce projet, il le peut, mais on ne parle plus d'exclusivité à son sujet."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :