L'UPE 30 interpelle les candidats aux municipales

 |   |  345  mots
L'organisation patronale a présenté, le 6 janvier, un « Pacte 3E : Économie, Entreprise, Emploi » élaboré par une centaine d'entrepreneurs gardois. Elle entend en faire un enjeu des élections municipales.

Éric Giraudier, président de l'UPE 30, a présenté, le 6 janvier, un programme d'une vingtaine de propositions baptisé « Pacte 3E : Économie, Entreprise, Emploi », au terme d'une enquête réalisée auprès de 1 054 entreprises gardoises.

Ce pacte a été élaboré par une centaine d'entrepreneurs gardois, en vue d'être soumis aux divers candidats aux élections municipales de mars 2014, à travers une série de sept rencontres programmées sur le territoire gardois dans les prochains jours.

Il s'organise autour de quatre problématiques fortes que sont la gestion des finances locales, l'attractivité du territoire, la politique de transports et le haut débit dans les zones d'activités.

Sur la question des finances locales, l'UPE 30 appelle à « maîtriser le poids des prélèvements obligatoires et associer le monde entrepreneurial aux décisions pour une meilleure utilisation de l'impôt ».

Selon les estimations de l'UPE 30, les taux de contribution foncière des entreprises (CFE) de Nîmes Métropole (34,3 %) et d'Alès Agglomération (29,98 %) sont beaucoup plus lourds que celles d'Agglomérations voisines et concurrentes en termes de politique d'attractivité économique, comme la Communauté d'agglomération du Pays d'Aix-en-Provence (26,79 %) ou de Salon Étang de Berre Durance (26,98 %).

« Nous devons rester vigilants, prévenait Éric Giraudier, lors d'un entretien réalisé en amont de cette présentation. Plus on a d'Agglos, plus elles prennent de nouvelles compétences comme  les transports, plus elles lèvent d'impôts. Or la fiscalité locale est devenue asphyxiante pour les entreprises du territoire et limite leur développement. Nous observons aussi un manque d'efficience sur certains projets structurants tel que les transports, dont les entreprises sont pourtant les premières financières au travers des « versements transports » : nous demandons là aussi une concertation systématique. »

L'UPE 30 entend mobiliser les entreprises gardoise et faire remonter leurs attentes auprès des intercommunalités et des communes lors d'Assises du développement économique, prévues dans le courant de 2014.

Anthony Rey

Lire également:

Éric Giraudier veut rebooster l'UPE 30

Légende : Le nouveau bureau du Medef Gard/UPE 30, élu en juin 2013.
Crédit photo : Medef Gard



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :