L'UPVD prévoit son hôtel d'incubation pour 2016

 |   |  479  mots
L'Université Perpignan Via Domitia souhaite développer l'incubation d'entreprises innovantes et prévoit, pour ce faire, la création de son hôtel d'incubation en 2016, pour un coût de 2,6 M€.  

L'hôtel d'incubation d'entreprises innovantes de l'Université Perpignan Via Domitia, déjà annoncée par Objectif Languedoc-Roussillon, devrait voir le jour en 2016.

Le projet, actuellement au stade des études d'implantation, devrait coûter 2,6 M€, financés à hauteur de 10 % par la fondation de l'UPVD. L'université sollicite également des fonds du Contrat de Plan État-Région 2015-2020, et plusieurs entreprises, le Crédit Agricole notamment, se positionnent actuellement pour apporter un soutien de façon individuelle.

Cet hôtel d'incubation devrait accueillir un flux permanent d'une dizaine d'entreprises et pourrait être réparti sur deux sites, l'un du côté du campus, l'autre à proximité du laboratoire PROMES, à Tecnosud.

« Aujourd'hui, nous arrivons aux limites de ce que nous pouvons faire en termes d'incubation, explique le président de l'UPVD Fabrice Lorente. Si nous ne pouvons pas fournir nos services à davantage de porteurs de projets innovants, ceux-ci partiront dans d'autres régions, voire d'autres pays. »

L'université, qui a réalisé une étude sur le sujet, souhaite donc mettre les moyens pour retenir les porteurs de projets, étudiants ou chercheurs.

« Il existe un certain nombre de projets qui sont dans les cartons, dans le secteur agro-alimentaire par exemple, confirme Matthieu Martel, responsable de la valorisation de la recherche à l'UPVD. Plus on leur proposera quelque chose d'efficace, plus ils se lanceront ici. »

L'UPVD accompagne déjà plusieurs entreprises à divers stades de développement, en partenariat avec les organismes de recherche.

« Sur l'innovation technologique, nous avons besoin de plateaux techniques de pointe, dans lesquels nous n'aurions pas pu investir », explique Cédric Bertrand, représentant de la société Akinao, créée en 2010 et hébergée par l'UPVD.

« L'UPVD m'aide à entrer en contact avec les bonnes personnes pour faire avancer mon projet » explique Frederic Dietrich, ancien étudiant de l'université de Perpignan et jeune porteur du projet "Smile is bac", visant la création de bases de données pour les candidats au bac.

L'université de Perpignan incube également, entre autres, Eco-Tech-Ceram, une nouvelle entreprise issue du laboratoire PROMES et spécialisée dans l'élaboration de céramiques réfractaires pour du stockage d'énergie, lauréate du Concours mondial de l'Innovation 2014, et Numalis, qui propose des outils de détection et correction des erreurs dans les programmes informatiques, lauréate du Meilleur Docteur-Entrepreneur 2014.

Dans la même logique d'aide à l'insertion professionnelle, l'UPVD a lancé cette année un pôle entrepreneuriat-étudiants, qui a pour but de former les étudiants dès la 1e année de licence à l'entrepreneuriat. Une quarantaine d'étudiants se sont inscrits pour suivre ces modules.

Un réseau d'anciens élèves (« Alumni ») vient également d'être créé. « En 10 jours, 1500 personnes et 200 entreprises se sont déjà inscrites », annonce Fabrice Lorente.

Fanny Linares

Légende : De gauche à droite : Matthieu Martel, responsable de la valorisation de la recherche a l'UPVD, Fabrice Lorente, président, et Xavier Py, en charge de la recherche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :