L'Écotron européen à Montpellier

 |   |  200  mots
Le CNRS devait inaugurer, ce vendredi 29 octobre à Montpellier, sa première très grande infrastructure de recherche dédiée à l'analyse des changements climatiques. Coût total : 6,9 M€.


Cette plate-forme de recherche expérimentale du CNRS doit permettre la simulation d'une vaste gamme de conditions environnementales (température, humidité, CO2, etc.).
Pour un investissement total avoisinant les 7 M€, le bâtiment de 1 671 m2 doit héberger les travaux d'une dizaine d'ingénieurs et techniciens de l'environnement.

« Si l'intérêt économique des expériences que nous allons mener n'est pas à première vue évident, nous allons pouvoir reconditionner des écosystèmes et mesurer précisément les impacts des changements qui y seront induits, indique Jacques Roy, le directeur de l'Écotron. Tout cela implique évidemment des retombées pour nos connaissances en écologie ou en agronomie. Des connaissances qui pourraient servir à titre d'exemple aux semenciers. »

Un autre intérêt, et non des moindres, réside dans la dimension internationale de l'Écotron qui devrait faire de Montpellier une capitale mondiale de la recherche environnementale.
Financé par la Région, le ministère de la Recherche, le CNRS et le Conseil général de l'Hérault, l'Écotron européen doit être inauguré ce vendredi 29 octobre 2010 à Montpellier.

Bertrand Tardiveau

Légende : L'Écotron européen est situé sur le campus de Baillarguet à Montpellier

Crédit photo : Jacques Roy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :