La Capeb s'inquiète du financement du Grenelle

 |   |  359  mots
La perspective du Grenelle de l'environnement, effectif en 2012, pousse la Capeb à prendre des mesures d'accompagnement technique pour ses adhérents.

La nouvelle réglementation thermique (RT 2012), issue du Grenelle de l'environnement, va pousser les professionnels du bâtiment à faire des offres groupées, intégrant divers corps de métier.

« Dans cette optique, notre volonté est d'aider les entreprises artisanales à ne pas être englobées dans la sous-traitance, souligne Patrick Issaly, président de la Capeb LR. Au contraire, nous devons leur donner les moyens techniques et financiers de garder leur indépendance et de travailler avec les clients, en répondant directement aux appels d'offre. »

La RT 2012, qui impose notamment des tests d'étanchéité drastiques, amène les PME artisanales du secteur à s'équiper.

Présent le 8 décembre sur le salon Energaïa à Montpellier, le président Patrick Liébus a révélé que la Capeb nationale s'investirait sur ce point.

liebus

« Les caméras thermiques nécessaires pour ces tests, qui coûtent 8 000 € pièce, sont d'un coût inabordable pour nos adhérents, indique-t-il. Nous avons signé un partenariat avec le fabricant pour obtenir un prix compétitif. Nous négocions également avec le Ministère pour que chaque Capeb régionale puisse disposer de quatre à cinq caméras. »

De la même façon, Patrick Liébus annonce que des accords ont été signés avec les éditeurs du logiciel nécessaire à la réalisation de ces tests.

« Nous évoluons dans un contexte où, en terme de gestion globale de la donnée environnementale, les moyens proposés aux professionnels s'étiolent, et basculent plutôt vers les conseils régionaux et les conseils généraux, prévient Patrick Liébus. On ne peut pas demander aux artisans de se former et d'investir, tout en divisant les fonds alloués par deux. »

La Capeb Languedoc-Roussillon rassemble 6 000 entreprises artisanales du bâtiment, pour un CA de 3,7 Md€ en 2009.

En région, 1,5 M de logements individuels et collectifs, construits avant 1975, sont à rénover, et devraient générer un chiffre d'affaire estimé à 19 Md€ d'ici 2050.

Anthony Rey

Légende : Les corps de métier du bâtiment sont confrontés aux enjeux de formation imposés par le Grenelle de l'Environnement
Crédit photo : Edouard Hannoteaux


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :