La FHP-LR appelle à une revalorisation des tarifs

 |   |  341  mots
Lors de ses vœux 2014, présentés le 23 janvier, Lamine Gharbi, président régional de la Fédération de l'hospitalisation privée, a regretté que son secteur soit « la variable d'ajustement du public ».  

Le président régional de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP-LR), Lamine Gharbi, a présenté des vœux offensifs, le 23 janvier 2014, en présence de plusieurs centaines de spécialistes et de personnalités du monde économique, réunis à la Maison de l'hospitalisation privée, à Castelnau-le-Lez (34).

Regrettant le peu d'écoute dont Marisol Touraine, ministre de la Santé, témoignerait à l'hospitalisation privée, Lamine Gharbi a concentré ses critiques sur les orientations du budget de la Sécurité sociale pour 2014.

« La ministre a inventé une nouvelle règle, la dégressivité tarifaire, avec laquelle nous ne sommes pas d'accord, déclare-t-il. Et pourtant, nous sommes les bons élèves de la classe ! La ministre elle-même a remarqué que nous avons économisé un milliard d'euros. En réalité, nous ne les avons pas dépensés. Dans une logique de pot commun (avec le secteur public, NDLR), nous réclamons donc une revalorisation tarifaire à hauteur de l'inflation, soit 2 %, ce qui ne paraît pas énorme. »

Par ailleurs, Lamine Gharbi a déploré que l'enveloppe dévolue aux cliniques et hôpitaux privés de la région, au titre des missions d'intérêt général et d'aide à la contractualisation (MIGAC), s'élève « à seulement 6 M€, contre 200 M€ pour le secteur public ».

Présente parmi les intervenants à cette soirée, Martine Aoustin, directrice de l'Agence régionale de santé (ARS), a salué, pour sa part, les bons résultats des démarches engagées par les établissements privés en terme de qualité de soins, notamment au travers des contrats de bon usage.

Elle a en profité pour corriger la déclaration de Lamine Gharbi sur la MIGAC, affirmant que l'enveloppe régionale pour le secteur privé s'élève en réalité à 7 M€.

La FHP-LR traite 700 000 patients dans les établissements adhérents, qui développent 800 M€ de chiffre d'affaires ou de recettes en région.

Anthony Rey

Lire également :
« Le projet de loi sur la Sécu est un casus belli »

Crédit photo : FHP-LR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :