La Safer et Coop de France signent un accord pionnier

 |   |  462  mots
Préserver les terres agricoles et faciliter l'installation des exploitants : tel est l'objectif de l'accord signé le 24 février entre Dominique Granier, directeur régional de la Safer, et Boris Calmette, président de Coop de France-LR.  

C'est dans le cadre du salon viticole montpelliérain Vinisud, le 24 février, que Dominique Granier, directeur régional de la Safer, et Boris Calmette, président de Coop de France-LR, ont signé un accord portant sur la préservation du foncier des aires d'apport des coopératives.

Objectif de cette convention : préserver les terres agricoles et favoriser l'installation des agriculteurs. Le constat sur le terrain est édifiant : le recensement général agricole de 2010 fait état de la disparition de 13 000 exploitations en Languedoc-Roussillon entre 2000 et 2010. Sur les 30 710 exploitations existant aujourd'hui, plus de la moitié d'entre elles ont un chef d'exploitation qui est âgé de 50 ans.

Du côté de Coop de France-LR, 46 % des 81 associés coopérateurs avait plus de 55 ans fin 2012 et détenaient 27 % des surfaces. Soit une baisse significative du potentiel de production, et un défi à relever pour préserver les terres agricoles : assurer la transmission des exploitations et relancer les installations en agriculture.

« Cette convention va nous permettre d'être plus réactifs et efficaces sur le terrain, d'utiliser au mieux les outils de la Safer, affirme Boris Calmette. Et ainsi de faciliter l'installation de nouveaux agriculteurs. D'autant que les indicateurs économiques sont repassés au vert, avec de meilleures rentabilités sur les exploitations. D'ailleurs, on voit les jeunes revenir dans les lycées agricoles, les BTS viticulture... »

« Il s'agit aussi de préserver les terres agricoles, avec les vignes dessus si possible ! », renchérit Dominique Granier.

Le foncier agricole en région subit une forte pression, notamment de la part de l'activité immobilier au regard des besoins en logements.

« L'ennemi, c'est l'immobilier et les grandes infrastructures type autoroutes... Mais c'est aussi l'immobilisme ! affirme Dominique Granier. Il faut faire en sorte, lorsqu'il existe une parcelle, surtout quand elle est bien irriguée, qu'elle puisse être exploitée... Or certains propriétaires attendent que les prix du foncier montent, et immobilisent la terre. Travailler avec Coop de France-LR va nous permettre de récolter de l'information, de générer une transparence du foncier, et de mieux utiliser les outils Safer. Seuls, on ne peut rien. Ensemble, c'est possible, on fera bloc. Si on ne maîtrise pas le foncier, on n'installe pas... »

Cette première convention entre la Safer et Coop de France pourrait bien se décliner ailleurs sur le territoire national, si l'on en croit Boris Calmette.

Cécile Chaigneau

Lire également
Le marché foncier rural se contracte

Une convention Safer/Nîmes Métropole pour une meilleure maîtrise foncière

1er congrès pour Coop de France-LR


Et sur ObjectifNews... Hausse des prix dans le foncier rural, interview de Henri de Ferluc, SAFER Gascogne Haut-Languedoc

Légende : Dominique Granier et Boris Calmette, au salon Vinisud le 24 février 2014.
Crédit photo : Safer LR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :