La bonne forme de l'e-santé en Languedoc-Roussillon

 |   |  325  mots
Après le B2B, le B2C, le P2P, voici venir le M2M. Le « Machine to Machine » désigne une évolution technologique permettant à des groupes de machines distantes d'échanger des informations grâce à un serveur central.

Les opérateurs de téléphonie se disputent déjà le marché des entreprises et PME désireuses de profiter de ces solutions sans pour autant bouleverser leurs process existants. Une forte croissance en perspective : selon une étude de l'Idate, le marché du M2M représentera 5 millions de cartes SIM dans les 5 ans, contre un seulement aujourd'hui.
Le M2M trouve à s'appliquer dans divers secteurs (monétique, télémétrie, etc.). SFR, via sa filiale SFR Business Team, a identifié le Languedoc-Roussillon comme région leader en matière d'e-santé, du fait de la mixité entre son pôle santé (université, recherche) et le tissu local des PME orientées TIC. L'opérateur, qui occupe déjà 50% du marché M2M en France, noue des partenariats avec les entreprises pour les accompagner dans leur croissance. Une activité est aujourd'hui en pointe : l'aide à domicile.
SOLEM, entreprise basée à Clapiers, est un fabricant de produits électroniques dédiés à la télégestion et la téléassistance. « Nous faisons face à l'abandon progressif chez les particuliers des lignes téléphoniques classiques au profit de solutions type box, ou du tout GSM, peu adaptées à la téléassistance, analyse le responsable commercial Stéphane Trabuchet. Les cartes M2M nous permettent de sécuriser l'appel d'urgence d'un client via GPRS (norme haut débit du GSM - Ndlr). » De son côté, la société de Pérols Océalis, à travers sa marque Homveil, conçoit des systèmes variés de téléassistance et en assure la distribution, tout en sous-traitant leur fabrication à divers partenaires, dont SOLEM. « Depuis un an, le M2M nous permet de développer de nouveaux systèmes tous azimuts, explique le DG Philippe Godiard, du transmetteur main libre assurant une téléassistance à domicile jusqu'au boîtier en extérieur autorisant la géolocalisation, en passant par le bracelet détecteur de chute et de mobilité. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :