La crise est-elle derrière nous ?

 |   |  633  mots
Lors d'une conférence publique jeudi dernier, l'Insee et la Direccte ont présenté les dernières statistiques de la conjoncture locale, mais aussi nationale et internationale.

Alors qu'en 2010, l'Insee avait présenté la « traversée de la crise », l'institut de la statistique a choisi en ce milieu d'année 2011 d'exposer les dernières statistiques lors d'une conférence publique « reprise ou sortie de crise ? ».

Selon Sandrine Duchêne, conjoncturiste, responsable du département conjoncture à la direction générale de l'Insee, la situation économique en France affiche effectivement une reprise, portée notamment par « l'investissement des entreprises et l'emploi ».

Mais cette reprise est lente, en particulier dans le secteur de l'industrie qui n'a toujours pas retrouvé son niveau d'avant la crise. « Non seulement la reprise est lente mais elle se fait par à-coups, comme en témoignent les chiffres du PIB national (voir diapo). »

Dans le sillage de la conjoncture nationale, l'économie du Languedoc-Roussillon s'est montrée, elle aussi, en dents-de-scie avec néanmoins des particularités.

Croissance démographique
Évidemment, la première des particularités reconnues du Languedoc-Roussillon est sa croissance démographique. Toujours explosive, elle aurait joué un rôle protecteur face à l'emploi, comme l'a expliqué Francis Vennat, directeur régional de l'Insee :

« Aucune région, exceptée la Corse, n'a connu de création d'emplois de 2008 à 2010. Mais on constate que, plus la croissance démographique est importante, plus la résistance à la destruction d'emploi est grande. Par exemple, la région Champagne-Ardenne, qui voit sa population diminuer, connaît le rythme de destruction d'emplois le plus fort. À l'opposé, en Languedoc-Roussillon, nous connaissons la plus forte croissance démographique de France. Ainsi, le couple démographie-emploi nous a donc permis de mieux résister, même si ce facteur protecteur reste encore sous exploité dans la région. »

Emploi
Concernant l'emploi, Véronique Salabert chargée d'étude à la Direccte, s'est intéressée à la question de l'intérim et des CDD, à savoir les formes d'emplois les plus précaires :

« Dès le début de la crise, l'intérim a constitué la première variable d'ajustement de l'emploi, d'abord à la baisse puis à la hausse. En équivalent temps plein, la réduction massive de l'emploi intérimaire a, au niveau régional, particulièrement touché l'industrie. L'autre variable d'ajustement de l'emploi, c'est le recours au contrat à durée déterminée. Les inscriptions à Pôle Emploi pour fin de CDD ont progressé fortement fin 2008 pour atteindre leur maximum en été 2009. Stagnant en début 2010, ils repartent à la hausse en fin d'année. »


Secteur du BTP
Autre question abordée lors de cette conférence publique : le secteur de la construction. Durement touchées par la crise, les entreprises ont vu une diminution de leurs effectifs et de leur chiffre d'affaires. Jacques Baghi, directeur de la cellule économique du bâtiment :

« Les conséquences de la crise se sont immédiatement traduites par une réduction de l'emploi intérimaire. Au cours de l'année 2010, malgré la reprise d'activité, la diminution des effectifs continue à un rythme plus faible. La crise a bel et bien eu des impacts sérieux sur le secteur de la construction notamment sur l'emploi et par la fragilisation des trésoreries. Ce secteur est sur la voie du redressement mais attention, il sera sans doute, dans les mois à venir, contrarié par le niveau trop bas des prix de remise des offres, par la réduction déséquilibrée des délais de paiement et par les coûts des matériaux qui augmentent. »

Tourisme
Enfin, si cette reprise est emprunte à beaucoup d'incertitudes, un secteur tire aisément son épingle du jeu : le secteur du tourisme qui représente, rappelons le, 15 % du PIB régional.

Ysis Percq


À lire également :
- Le Languedoc-Roussillon (relativement) épargné par la crise
- Conjoncture régionale : la reprise reste fragile

Légende : la crise a mis un frein brutal à la dynamique de croissance
Crédit photo : INSEE


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :