Le Cépralmar fête ses 30 ans en région

 |   |  378  mots
Créé en 1981, le Cépralmar est une structure de soutien aux professionnels de la mer. Son directeur régional, Jean-Marc Deslous-Paoli, insiste sur la nécessité de diversifier les productions et de rendre indépendant l'approvisionnement.


Objectif Languedoc-Roussillon: Pourquoi le Cépralmar a-t-il été créé il y a 30 ans ?

Jean-Marc Deslous-Paoli : Ces 30 dernières années ont été déterminantes pour les métiers de la mer. En 1982, il y a eu la loi sur la décentralisation où l'on a délégué les problèmes de la mer aux Régions. Le besoin d'accompagnement du développement économique de la région était nécessaire. Il n'existe que quatre centres techniques en France, le nôtre a réussi à apporter un soutien efficace aux entreprises et à créer de nouveaux emplois. Le Cépralmar s'engage à soutenir les entreprises dans leur développement, ainsi que dans la diversification et l'indépendance de leur production.


Objectif Languedoc-Roussillon : Si vous ne deviez retenir qu'une seule de vos actions, quelle serait-elle ?
Jean-Marc Deslous-Paoli
: En 2000, nous nous sommes intéressés aux milieux de production et aux divers problèmes de dégradations. Il était primordial d'accompagner la pêche par l'aménagement de récifs artificiels pour relancer la production. À tous les étages de la filière, Cépralmar a un rôle à jouer (conchyliculture, pêche, etc...). Par exemple, nous avons voulu comprendre les raisons de la surmortalité des naissains des huîtres. Notre objectif sera de rendre indépendant la conchyliculture méditerranéenne pour l'approvisionnement en naissains et de moins dépendre des producteurs et des écloseries de la côte atlantique. Nous avons donc mis en place des captages (larves naturelles) et développé des outils (nurserie, écloseries) permettant de produire des huîtres locales.

Objectif Languedoc-Roussillon : Quels sont les projets que vous souhaitez mettre en place ?
Jean-Marc Deslous-Paoli
: Les professions de la mer sont en crise, les aider à repartir du bon pied me paraît indispensable. Je souhaite faire évoluer notre plate-forme de démonstration afin qu'elle soit plus opérationnelle, renforcer nos collaborations en associant les différents outils (scientifiques, techniques, de formations etc.). Le but est d'aller plus loin dans la diversification des productions. Dans la conchyliculture, par exemple, nous produisons des huitres creuses et des moules, mais d'autres espèces pourraient être exploitées.

Propos recueillis par Maeva Melano-Costamagna

À lire également :
- Conchyliculture : « L'avenir va être compliqué »


Légende : Jean-Marc Deslous-Paoli, directeur de Cepralmar
Crédit photo : Cepralmar

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :